Carnets de l'Economie

​Le patron de Mitsubishi démissionne sur fond de scandale




18/05/2016

Le scandale de la triche aux émissions Diesel, qui a coûté cher à Volkswagen, s'est déplacé en avril 2016 au Japon. Mitsubishi a été le premier concerné par la découverte de la triche sur les chiffres des émissions que les salariés du groupe auraient falsifié depuis 1991. Comme prévu, le patron du constructeur japonais a annoncé mercredi 18 mai 2016 sa démission alors que l'entreprise va passer sous le contrôle de Nissan.


cc/pixabay
cc/pixabay
Au Japon, en cas de scandale de cette envergure, c'est la procédure classique : le patron de l'entreprise concernée prend généralement ses responsabilités et démissionne dans la foulée. Tetsuro Aikawa, patron de Mitsubishi Motors, n'aura pas dérogé à la règle. Il devrait démissionner durant le mois de juin ou de juillet 2016.

Selon les informations transmises aux médias, après la démission la tête du constructeur sera prise par Osamu Masuko, président du conseil d'administration. Il s'occupera de la transition et de la prise de contrôle du groupe par Nissan qui a profité du scandale et de la chute de Mitsubishi en Bourse pour investir 1,9 milliard de dollars dans le groupe et prendre 37 % du capital. Nissan devient ainsi le premier actionnaire de Mitsubishi avec droit de véto et prend, de fait, le contrôle de son concurrent.

Mais Mitsubishi n'est pas le seul constructeur accusé de tricherie. Nissan l'est également, par les autorités sud-coréennes, qui auraient découvert des anomalies dans les émissions de son modèles SUV Qashqai. Nissan nie toutefois formellement ces accusations.

De son côté, Suzuki a été frappé par la tourmente mardi 17 mai 2016 : selon les médias japonais une triche aurait également été découverte chez le constructeur ce qui a immédiatement fait chuter le titre en Bourse de près de 15 %.










Décideurs

Pour Moody’s, la Russie a fait défaut sur sa dette souveraine

Elon Musk accusé d’avoir gonflé le cours du DogeCoin

Une hausse de prix à venir pour les abonnements Canal+

GreenYellow : la stratégie gagnante de Jean-Charles Naouri ?