Carnets de l'Economie

Seattle vote pour le salaire minimum de 15 dollars de l’heure




03/06/2014

La volonté de l’administration Obama d’augmenter les revenus des américains a conduit le gouvernement à demander que le salaire minimum soit revu à la hausse de manière fédérale pour atteindre 10,10 dollars de l’heure. Mais cette action n’est pas encore validée le Congrès, divisé, ne faisant pas passer la loi. Toutefois, dans certains Etats la hausse est déjà devenue une réalité, avec le cas exceptionnel de Seattle.


cc/Flickr/chethan shankar
cc/Flickr/chethan shankar
Actuellement le salaire minimum fédéral est de 7,25 dollars de l’heure (soit 5,3 euros) mais pas moins de 38 Etats des Etats-Unis d’Amérique ont un salaire minimum plus élevé. Dans l’idéal, Barack Obama aimerait qu'à terme le salaire minium dans le pays soit de 10,10 dollars de l’heure, soit 7,42 euros.
 
L’Etat de Washington, sur la côte Est, dont Seattle est la capitale, avait un salaire minimum déjà plus élevé de 9,32 dollars de l’heure mais cela n’a pas empêché la réforme de passer. Au contraire : de manière unanime les élus ont voté pour un salaire minimum de 15 dollars de l’heure (11 euros).  Il était question de « lancer un message au monde » selon l’un des votants.
 
Naturellement, cette hausse ne se fera pas d’un coup. Le salaire minimum va augmenter progressivement à Seattle pour atteindre 15 dollars de l’heure. Selon les entreprises et leur secteur, cette hausse prendra entre 3 ans et 7 ans. Les entreprises de plus de 500 employés devront réaliser cette augmentation en 3 ans, les petits commerces en 7 ans.
 
Seattle se retrouvera donc être la ville américaine avec le salaire minimum le plus élevé de tous les Etats-Unis. Mais des groupes opposés à cette réforme ont déjà menacé de porter l’affaire devant les juges, notamment concernant la discrimination liée au temps d’adaptation des diverses entreprises, dans le but de faire abroger la réforme.
 










Décideurs

Jeff Bezos franchit les 200 milliards de dollars de fortune

Bannissement de TikTok aux USA : Zuckerberg impliqué ?

Royaume-Uni : une quarantaine imposée aux voyageurs en provenance de France

Bernard Arnault : grand perdant de la Covid-19 parmi les milliardaires