Carnets de l'Economie

​La Chine, le pari gagnant de PSA




14/01/2015

Le constructeur français PSA Peugeot-Citroën a dévoilé ce mercredi 14 janvier 2015 ses résultats pour l’année 2014. Une bonne année puisque le groupe a endigué la chute de ses ventes et a même connu un rebond. Et tout ça grâce au pari sur la Chine, où PSA a notamment lancé la marque DS, qui est devenu le premier marché du groupe.


shutterstock/economiematin
shutterstock/economiematin
En 2014 PSA Peugeot Citroën peut souffler et oublier un peu les pertes de l’année 2013 quand les ventes avaient chuté de 4,9%. Elles ont remonté en 2014 affichant une hausse de 4,3%. Pas suffisant pour effacer l’année précédente, mais un bon point alors que le marché automobile peine à reprendre et ne montre que de faibles indices permettant de croire à une amélioration.

Avec 2,9 millions de véhicules vendus, PSA a donc gagné son pari : celui de la Chine. En avril 2014 le groupe chinois Dongfeng entrait au capital du constructeur français. Les avis divergeaient alors sur le bien-fondé de l’opération.

Mais lorsqu’on voit qu’en 2014 la Chine est devenu le premier marché du groupe français avec 734 000 véhicules vendus (plus d’un quart du total) en hausse de 31,9% par rapport en 2013, on ne peut que saluer la décision. D’autant plus que le marché automobile en Chine commence à décélérer avec une hausse globale des ventes de 9,9% en 2014 contre 15,7% en 2013.

La France n’est pas en reste en 2014 avec une très légère progression des ventes pour PSA Peugeot Citroën (+0,3%). Dans l’Hexagone, qui reste le deuxième marché de la marque, le groupe a vendu 637 682 véhicules l’an passé. Une hausse des ventes fortement poussée par Peugeot (+5,3% en 2014 en France) qui a bénéficié de la commercialisation de la Peugeot 308, élue voiture de l’année 2014.










Décideurs

Stellantis vs Volkswagen : qui est le premier constructeur européen ?

Des voitures « autonomes » sur les routes anglaises en 2021 ?

Joe Biden confirme son intention d’augmenter les impôts des plus riches

Le FMI relance l’idée de taxer les riches pour payer la crise