Carnets de l'Economie

​L’indien Mahindra s’offre Pininfarina




14/12/2015

Les amateurs de belles voitures reconnaîtront sans doute le nom de Pininfarina, inimitable designer ayant fondé le studio du même nom et à qui l’on doit certaines des voitures les plus mythiques de l’histoire dont la très célèbre Ferrari 458 Spider. Mais après le succès vint la crise et le studio, dirigé par le petit-fils du fondateur, a dû se plier à trouver une nouvel actionnaire. C’est l’indien Mahindra qui va rentrer au capital de la marque.


Shutterstock/Economiematin
Shutterstock/Economiematin
La crise de Pininfarina ne date pas d’hier : au summum de son art durant les années 70 et 80, le studio a eu du mal à prendre le virage du 21ème siècle et a été déficitaire pendant 10 des 11 dernières années. Avant de fermer, donc, une dernière tentative est laissée : le studio va s’associer avec le constructeur automobile indien Mahindra.

La transaction devrait avoir une valeur de 168 millions d’euros et commencera par le rachat, pour 25,3 millions d’euros, de 76% du capital de Pininfarina, selon le communiqué de presse publié ce lundi 14 décembre 2015 dans la matinée. Puis le groupe indien devrait absorber complètement le studio de design italien.

Pour Pininfarina c’est un véritable renouveau et une nouvelle période qui pourrait s’avérer faste : Mahindra n’a jamais caché ses ambitions internationales. Le groupe, qui pour l’instant commercialise ses véhicules surtout sur le marché asiatique, beaucoup moins stricte d’un point de vue de réglementation, pourrait bien profiter de l’expérience de Pininfarina pour tenter une percée en Europe.

Mahindra continue ainsi sa frénésie d’achats : le constructeur indien a déjà mis la main sur le Sud-Coréen Ssangyong et sur la division moto de PSA Peugeot Citroën.










Décideurs

Stellantis vs Volkswagen : qui est le premier constructeur européen ?

Des voitures « autonomes » sur les routes anglaises en 2021 ?

Joe Biden confirme son intention d’augmenter les impôts des plus riches

Le FMI relance l’idée de taxer les riches pour payer la crise