Carnets de l'Economie

​Shell pourrait céder certains actifs pour renforcer ses finances




12/04/2016

Le géant pétrolier Royal Dutch Shell a racheté son concurrent BG Group en février 2016 pour 52 milliards de dollars et l'opération aura mis à mal sa trésorerie. Mardi 12 avril 2016 le PDG de Shell, Ben van Beurden, a donc annoncé la stratégie du groupe pour faire face à ce surplus de dépenses : revendre une partie de ses actifs. Un programme de ventes étalé sur deux ans pourrait donc être lancé sous peu.


Shutterstock/Economiematin
Shutterstock/Economiematin
Shell, selon les informations rapportées par l'agence Reuters, a l'intention de revendre une partie de ses actifs pétroliers de la Mer du Nord, en particulier les plus vieux et donc les moins rentables. Ainsi faisant le groupe espère améliorer la qualité de son portefeuille d'actifs afin de garder une rentabilité qui lui garantisse de pouvoir reverser de bons dividendes à ses actionnaires.

Mais, surtout, le programme de vente permettra à Shell d'amortir le rachat de BG Group. L'opération, qui a coûté 52 milliards de dollars, bénéficiera de l'argent issu de ces ventes : Shell espère tirer de ses actifs quelques 30 milliards de dollars en deux ans car le programme de vente imaginé par le groupe devrait s'étaler de 2016 à 2018.

Cette opération est possible notamment car les actifs de BG dans la Mer du Nord sont plus récents que ceux de Shell et sont de meilleur qualité selon le PDG du pétrolier. Du coup vendre les anciens paraît la meilleure des solutions pour faire rentrer du cash sans réduire la production.

Dans le futur, Shell espère développer ses activités au Brésil bien que la crise politique que traverse le pays risque de retarder ses projets, ainsi qu'en Iran, ouvert au commerce et à l'industrie occidentale depuis la levée des sanctions début 2016.










Décideurs

Pour Moody’s, la Russie a fait défaut sur sa dette souveraine

Elon Musk accusé d’avoir gonflé le cours du DogeCoin

Une hausse de prix à venir pour les abonnements Canal+

GreenYellow : la stratégie gagnante de Jean-Charles Naouri ?