Carnets de l'Economie

​Les Français désertent les restaurants pour le Réveillon




30/12/2015

Alors que le 31 décembre au soir est traditionnellement une journée de fête et que de nombreux Français vont au restaurant pour passer la soirée du Réveillon, cette année 2015 marque un changement : les réservations sont en chute libre, selon les professionnels du secteur. En cause, entre autres, les attentats du 13 novembre 2015 qui sont encore dans tous les esprits.


Shutterstock/Economiematin
Shutterstock/Economiematin
Le 31 décembre 2015 ne sera pas la soirée de tous les excès dans les restaurants, surtout à Paris. Alain Fontaine, président de la commission des maîtres restaurateurs au Synhorcat, explique ce mardi 29 décembre 2015 à l'AFP que les réservations sont en chute libre : moins 50% par rapport au Réveillon 2014. Mais il n'est pas surpris : "C'est la tendance que l'on a depuis les attentats, entre -40% et -50%, et qui se confirme sur les points forts: réveillon du 24, jour de Noël, réveillon du 31 et jour de l'an".

Si les Français qui ont encore peur de sortir sont en cause, ils ne sont pas les seuls à blâmer ; la baisse de la fréquentation des restaurants parisiens pour ce Réveillon est aussi issue de l'annulation, par les touristes étrangers, de leur voyage. Les touristes riches, notamment, ont déserté la capitale à la suite des attentats.

Le directeur du palace Plaza Athénée, généralement complet pour le 31 décembre, n'affiche, selon son directeur, qu'une occupation de 65%. "C'est la première fois depuis quinze ans" qu'il y a des chambres libres pour le Réveillon, confie-t-il a l'Agence France Presse.

Le cabinet Gira Conseil estime que la chute de la fréquentation des restaurants est importante depuis les attentats : de 40% à 70% à Paris, et même de 5% à 10% en Province qui subit le contrecoup des attentats malgré la distance.










Décideurs

Pour Moody’s, la Russie a fait défaut sur sa dette souveraine

Elon Musk accusé d’avoir gonflé le cours du DogeCoin

Une hausse de prix à venir pour les abonnements Canal+

GreenYellow : la stratégie gagnante de Jean-Charles Naouri ?