Carnets de l'Economie

Que va donner l'endettement record de la plupart des pays ?




Jean-Baptiste Giraud
17/09/2021

Le livre Dernière crise avant l’Apocalypse montre comment la crise sanitaire, qui provoque une grave crise économique mondiale, sera inéluctablement suivie - après l’habituel chant du cygne - d’une crise sociale et politique susceptible de tourner à l’Apocalypse... si les dirigeants du monde ne prennent pas la pleine mesure de ce qui est en train de se passer, et n’ont pas le courage de prendre les décisions difficiles parfois qui s’imposent.
L’ouvrage ne se contente pas de lister les difficultés et les obstacles auxquels notre civilisation doit faire face, mais propose aussi des solutions d’urgence.


Dernière crise avant l'apocalypse - extraits

Que va donner l'endettement record de la plupart des pays ?
La crise sanitaire du Covid-19 s’est rapidement muée en crise économique, forçant les États du monde entier à s’endetter pour distribuer des prêts ou des dons à beaucoup de ménages et d’entreprises, de façon à ce que la diminution des revenus d’activité n’accentue pas la chute de la consommation, du commerce, et finalement de l’activité. L’endettement de l’ensemble des agents non financiers, principalement les ménages, les entreprises et les administrations, a prodigieusement augmenté et continue à croître à l’heure où nous écrivons. Cet endettement que l’on peut qualifier de « mondial » va probablement dépasser bientôt les 300 000 milliards de dollars. Relisez bien ce chiffre à haute voix ou dans votre tête pour tenter d’en mesurer l’absurdité. Le risque que nous affrontons est que la dette écrase littéralement de nombreux agents, incapables de rembourser ce qu’ils doivent, si bien que de nombreuses entreprises deviendront insolvables et disparaîtront brutalement entraînant un recul de l’activité, de la production et un fort chômage.

Pour éviter cela, il faut donc prendre un autre risque, celui de l’inflation. Celle-ci est mauvaise dans les circonstances ordinaires, mais nous ne sommes pas dans des conditions ordinaires, et donc ce qui serait folie en d’autres circonstances peut devenir le remède de cheval capable de nous sortir du pétrin. À condition qu’elle ne dégénère pas en hyperinflation, elle permettra d’effacer en grande partie nos dettes.

Pour comprendre comment, il suffit de s’imprégner de cette anecdote. L’arrière-grand-mère d’un des auteurs de cet ouvrage avait placé après la Première Guerre mondiale 10 000 francs-or sur la tête de chacun de ses petits-enfants. Une somme importante, qui représentait plus de la moitié de la valeur d’une voiture neuve, comme une Traction avant. À leur majorité, ils pouvaient en disposer librement. Né en 1934, le père d’un des auteurs a pu s’acheter... la roue de secours de sa Vespa, avec le placement réalisé par sa grand-mère vingt ans plus tôt. L’inflation, c’est ça : elle ruine les prêteurs, mais libère les emprunteurs.

Il ne faut donc pas désespérer, mais il ne faut pas non plus se faire des illusions, croire que tout s’arrangera comme par miracle. L’hypothèse de l’inflation solution n’est qu’une hypothèse et les risques de verser dans le fossé sont nombreux.

Surtout, l’inflation ne résout pas le problème d’un coup de baguette magique, d’une année sur l’autre. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la France était très lourdement endettée, quasiment autant qu’aujourd’hui, avec un appareil productif en grande partie détruit. La banqueroute était donc inéluctable.

Et pourtant, cinq ans plus tard, le poids de la dette, absolument écrasant à la fin du conflit, était devenu parfaitement supportable pour ne pas dire insignifiant. Normal ! L’inflation, en 1945 fût de 38 %, puis de 64 % en 1946, 60 % en 1947, 58 % en 1948 et enfin de seulement... 3 % en 1949. En cinq ans, l’inflation avait effacé nos dettes.

Mais avec un taux raisonnable bien que déjà élevé de 4 % d’inflation sur un an, (il s’agit de l’inflation mesurée aux États-Unis sur douze mois en 2020-2021), il faudrait une petite décennie pour que l’étau de la dette se desserre un tant soit peu.

Mais à condition bien entendu que dans le même temps, l’on cesse de s’endetter au même rythme, ou encore plus intensément, en promettant d’honorer des taux d’intérêt plus élevés !

Or, malheureusement, quand on voit le déficit budgétaire annoncé pour 2021, plus de 220 milliards d’euros, contre 178 milliards en 2020, et quand on voit les projections pour 2022 et les années qui suivent, on ne peut qu’être dubitatif pour ne pas dire très inquiet.
Si l’inflation est « une » solution aux maux de la dette, elle ne marche que si l’hémorragie d’emprunts s’arrête quasiment instantanément. À l’inverse, si la boulimie de dettes continue, avec des taux d’intérêt en hausse, puisque indexés au moins en partie sur l’inflation, alors... l’Apocalypse n’est pas loin.



Extraits de Dernière crise avant l'Apocalypse de Jean-Baptiste Giraud et Jacques Bichot paru le 16 septembre 2021 aux éditions RING.
Il est disponible sur Amazon : https://www.amazon.fr/Derni%C3%A8re-crise-lapocalypse-Jean-baptiste-Giraud/dp/2379340188
et à la FNAC : https://livre.fnac.com/a15930292/Jean-Baptiste-Giraud-Derniere-crise-avant-l-apocalypse










Décideurs

Les éditions de Fallois en cessation d'activité en décembre

Face à la hausse des prix de l’énergie, le « bouclier tarifaire » du gouvernement

Orange : grève nationale pour une hausse des salaires

La SNCF lance un abonnement pour les télétravailleurs