Carnets de l'Economie

La possible faillite d’Evergrande n’inquiète pas la BCE




Paolo Garoscio
24/09/2021

C’est l’affaire qui tient les Bourses en haleine, et l’ensemble de la Chine : le géant Evergrande serait en grandes difficultés et au bord de la faillite. Pour certains experts, ce pourrait être une sorte de mini-Lehmann Borthers au niveau chinois, en référence à la faillite de la banque américaine qui a donné lieu à la crise des subprimes de 2008. Mais la BCE et la FED ne s’inquiètent pas plus que nécessaire.


Evergrande aurait commencé à faire défaut

Pixabay/SimonMichaelHill
Pixabay/SimonMichaelHill
L’affaire Evergrande a connu un nouveau chapitre mercredi 23 septembre 2021 : selon les informations du Wall Street Journal, le géant immobilier chinois, à la dette colossale de 260 milliards d’euros, n’aurait pas payé près de 83,5 millions de dollars d’intérêts arrivés à échéance. De quoi inquiéter un peu plus les autorités chinoises, alors que son deuxième investisseur, Chinese Estates Holdings, toujours selon le Wall Street Journal, prévoirait de se désengager de la holding qui s’effrite.

Si la faillite d’Evergrande se confirme, l’impact pourrait être important sur le marché immobilier chinois, en pleine expansion. D’où la crainte d’une crise majeure locale dont les répercussions au niveau mondial pourraient être conséquentes, selon les analystes les plus pessimistes.

Christine Lagarde se veut rassurante

Interrogée sur l’affaire et ses risques au niveau des économies mondiales, fragiles bien qu’en croissance rapide après la crise de la Covid-19, Christine Lagarde, présidente de la BCE, ne semble pas inquiète. À la chaîne CNBC, le 23 septembre 2021, elle a déclaré que l’Europe et la Zone euro ne subiraient qu’une « exposition limitée ». Ce qui n’empêche pas la Banque centre européenne de surveiller de près la situation et son évolution.

Un ton rassurant, donc, qui rappelle celui de Jerome Powell, à la tête de la banque centrale américaine (FED), qui estime aussi que l’impact sur l’économie américaine ne serait pas majeur. Il craint néanmoins une dégradation de la confiance au niveau des investissements dans le cas où la faillite se confirmerait.










Décideurs

RATP : la grève des conducteurs s’annonce suivie, le trafic « très perturbé »

Canal+ conforté par la justice dans son conflit avec TF1

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois

La BCE augmente de nouveau ses taux directeurs