Carnets de l'Economie

La motorisation diesel dépasse l’essence en France




Olivier Sancerre
01/04/2017

C’est un changement de taille sur le marché automobile français. En mars, il s’est vendu plus d’immatriculations neuves essence que diesel. Une première pour l’industrie, qui confirme une tendance perceptible depuis des mois.


D’après les données publiées par le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA), le nombre d’immatriculations neuves a progressé de 7% en France au mois de mars ; un soulagement après un mois de février avait été marqué par un recul des ventes de voitures neuves. Mais ce qui retient l’attention, c’est la part du diesel désormais en minorité par rapport aux motorisations essence.

En mars, la part de marché du diesel s’est montée à 47%. Sur les trois premiers mois de l’année, le diesel dépasse cependant d’une très courte tête les véhicules essence : 47,4% pour le premier, 47,24% pour les secondes. Mais cette part décline rapidement. En 2012, la motorisation diesel représentait 73% en 2012, et encore 52,19% au premier trimestre 2016. Les voitures hybrides (essence et électricité) ont compté pour 5,3% des immatriculations neuves sur ces trois premiers mois de 2017.

Cette baisse particulièrement sensible du diesel devrait se poursuivre dans les mois à venir. Une tendance que l’on ressent aussi en Europe : la motorisation diesel compte pour 49,5% au premier trimestre de l’année, contre 51,6% sur la même période de l’année précédente. Le recul du diesel est amplifié par l’alignement progressif des taxes avec l’essence et les incitations gouvernementales à passer à des véhicules moins polluants.


Tags : automobile