Carnets de l'Economie

L’intelligence artificielle pourrait finalement créer des emplois




Paolo Garoscio
22/08/2023

L'intelligence artificielle (IA) est au cœur des débats contemporains. Son intégration rapide dans divers secteurs suscite à la fois espoir et inquiétude. Et c’est le premier qui ressort des études récentes de l'Organisation internationale du travail (OIT) et d'autres experts du domaine.


L'IA : un potentiel créateur d'emplois insoupçonné

L'IA, souvent perçue comme une menace pour l'emploi, pourrait en réalité s'avérer bénéfique. Selon l'OIT, loin de simplement remplacer l'humain, l'IA pourrait redéfinir et enrichir de nombreux postes. Elle pourrait introduire de nouvelles méthodes de travail, augmenter la productivité et même créer de nouveaux secteurs d'activité, estime la dernière étude sur le sujet

Si certains emplois, notamment administratifs, sont menacés par l'automatisation, d'autres, nécessitant une forte dose de créativité, d'empathie ou de compétences manuelles, semblent à l'abri. L'IA pourrait ainsi transformer le paysage professionnel sans pour autant le dévaster.

L'automatisation et l'IA n'auront pas un impact uniforme à travers le monde. Les pays industrialisés, avec une forte proportion d'emplois de bureau, pourraient être plus touchés. En revanche, les pays en développement, avec une main-d'œuvre plus diversifiée, pourraient être moins affectés.

Les métiers résistants à l'assaut de l'IA

La dimension de genre est également cruciale. Les emplois traditionnellement occupés par les femmes, notamment dans le secteur administratif, pourraient être plus exposés à l'automatisation. Cela soulève des questions importantes sur l'égalité des genres à l'ère de l'IA.

Certains métiers semblent inébranlables face à la montée de l'IA. Sam Altman d'OpenAI a évoqué 34 professions, allant des artisans aux artistes, qui nécessitent une touche humaine unique. Ces métiers requièrent des compétences intrinsèquement humaines que l'IA ne peut pas encore imiter.

Ces professions, souvent basées sur l'interaction humaine, la créativité ou des compétences manuelles spécifiques, devraient rester protégées pendant un certain temps. L'IA, malgré ses avancées impressionnantes, ne peut pas encore rivaliser avec la complexité et la nuance de la pensée et de l'interaction humaines.

 










Décideurs

Nvidia : capitalisation record, Google et Amazon battus

Crédits toxiques : BNP Paribas solde le conflit Helvet Immo

Taux d'usure 2024 : la fin de la mensualisation ?

Titres-Restaurant : les règles changent à nouveau en 2024