Carnets de l'Economie

États-Unis : l’aide pour l’achat d’un véhicule électrique fait polémique




Paolo Garoscio
12/08/2022

Comme la France et bien d’autres pays dans le monde, les États-Unis veulent inciter l’adoption massive des véhicules électriques censés être une des réponses au réchauffement climatique mondial. Pour ce faire, une aide à l’achat est prévue, sous la forme d’un crédit d’impôt. Mais les conditions d’attribution inquiètent les autres pays, notamment l’Europe, car elles sont proches du protectionnisme.


Une aide uniquement pour les voitures 100% américaines

Le projet de loi américain pour aider les ménages à s’équiper en voitures électriques prévoit un crédit d’impôt pouvant atteindre 7.500 dollars. Une somme proche de l’aide accordée par le gouvernement français, par exemple, mais qui n’est pas soumise aux mêmes types de conditions. Et c’est ce qui est critiqué à l’international, tout particulièrement par l’Union européenne.

Pour obtenir le crédit d’impôt, les ménages doivent en effet acheter une voiture construite aux États-Unis, y compris au niveau de la batterie. De fait, les constructeurs étrangers qui n’ont pas de ligne de production sur le sol américain ou qui équipent leurs voitures de batteries importées verraient leurs modèles être exclus de cette aide. Selon certaines estimations, ce seraient ainsi 70% des modèles en vente dans le pays, dont certains par des constructeurs américains, qui ne pourraient pas bénéficier de ce crédit d’impôt.

L’Union européenne critique vivement la mesure

Si le crédit d’impôt est mis en place dans ces conditions, il paraît évident que les ménages se tourneront plus facilement vers des voitures construites intégralement aux États-Unis, ce qui serait un coup dur pour les autres constructeurs, dont les européens. L’Union européenne estime, de fait, que « ce projet de loi touchant aux échanges commerciaux transatlantiques est discriminatoire pour les constructeurs étrangers par rapport aux constructeurs américains ».

Miriam Garcia Ferrer, porte-parole de la Commission européenne, a déclaré que cette mesure serait « incompatible » avec les règles de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) et a demandé à ce que les mesures d’incitation à l’adoption des véhicules électriques soient « équitables » pour tous les constructeurs et les pays.










Décideurs

Canal+ conforté par la justice dans son conflit avec TF1

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois

La BCE augmente de nouveau ses taux directeurs

France : un « net ralentissement » de l’économie attendu en 2023