Carnets de l'Economie

DieselGate : Renault et Volkswagen mis en examen en France




Paolo Garoscio
09/06/2021

Le DieselGate, le scandale des moteurs truqués qui a secoué le monde automobile en 2014-2015, vient de passer la frontière française : à un jour d’intervalle, le constructeur français Renault et le constructeur allemand Volkswagen (premier concerné par le scandale) ont annoncé leur mise en examen.


Renault et Volkswagen devant la justice française

Pixabay/webandi
Pixabay/webandi
C’est le constructeur au Losange, Renault, qui a été le premier à annoncer sa mise en examen par les autorités française dans le volet français du DieselGate. Une déclaration faite le mardi 8 juin 2021 et qui suit l’enquête ouverte dès 2017 par la répression des fraudes, à la suite de l’explosion du scandale chez Volkswagen qui a rapidement touché d’autres constructeurs.

Mercredi 9 juin 2021, c’est au tour de Volkswagen de confirmer une information d’Europe 1 : la répression des fraudes a mis en examen le constructeur allemand le 6 mai 2021. Les deux entreprises sont mises en examen pour « tromperie », accusées d’avoir falsifié les niveaux des émissions de Diesel de leurs moteurs lors des tests d’homologation. Une accusation à laquelle Volkswagen, dans d’autres pays et notamment aux États-Unis, a plaidé coupable et a déjà payé plus de 30 milliards de dollars d’amendes et de dommages et intérêts.

Renault nie, Volkswagen s’estime déjà jugé

La réponse des deux entreprises à ces mises en examen est très différente : le groupe de Wolfsburg estime, de son côté, avoir déjà été jugé en Allemagne où la justice lui a infligé une amende d’un milliard d’euros. Or, selon l’avocat du groupe, Nicolas Huc-Morel, cette décision de justice incluait « les véhicules commercialisés en France ».

Concernant Renault, le groupe nie les fait et déclare qu’il n’y a pas eu de tromperie : les différences dans les émissions enregistrées durant les tests et les émissions en conditions réelles seraient liées à l’usage de l’automobile et à des systèmes intégrés aux moteurs permettant leur durabilité et leur entretien.

Reste désormais à savoir si d’autres constructeurs ont été, ou seront, également mis en examen : la répression des fraudes a ouvert une enquête sur PSA Peugeot-Citroën et FCA Fiat-Chrysler au même moment. Les deux groupes ont, en début d’année 2021, finalisé leur fusion pour créer Stellantis.










Décideurs

Orange : grève nationale pour une hausse des salaires

La SNCF lance un abonnement pour les télétravailleurs

Les salaires des patrons du Cac 40 attendus en hausse

AirBnb écope d'une amende de la DGCCRF pour des mentions légales non conformes