Carnets de l'Economie

Des voitures « autonomes » sur les routes anglaises en 2021 ?




Paolo Garoscio
30/04/2021

Sorti de l’Union européenne en janvier 2021, le Royaume-Uni peut désormais s’affranchir de certaines limitations imposées aux Etats-membres de l’UE. C’est le cas au niveau du commerce ou des frontières, par exemple… mais aussi pour ce qui est de la sécurité routière. Les voitures « autonomes », de fait, pourraient être autorisées dès 2021, sous conditions.


Une voiture pas tout à fait autonome

Pixabay/Free-Photos
Pixabay/Free-Photos
Le Département du Transport britannique a annoncé, le 28 avril 2021, que la réglementation concernant les voitures dites « autonomes » pourrait évoluer dès 2021 : certains systèmes pourraient être autorisés, même si pour l’instant rien n’est décidé et que des discussions sont en cours. Mais lorsque le Département du Transport parle de voitures « autonomes », ce n’est pas réellement ce que l’on peut imaginer.

Par « autonome », le Royaume-Uni définit surtout le système ALKS,  Automated Lane Keeping System ou « système automatisé de maintien dans la voie » en français. Une automatisation de niveau 3, sur les 5 niveaux que compte ce qu’on appelle la « voiture autonome », le 5e niveau n’ayant pas encore été atteint. Un raccourci, donc, mais une première étape pour l’autorisation de la voiture autonome telle qu’on l’imagine.

L’ALKS limité à 60 km/h

L’ALKS ne doit pas, non plus, être confondu avec l’aide au maintien dans la voie qui corrige la trajectoire d’une voiture dès lors qu’elle se rapproche trop des lignes de délimitation des voies ; l’ALKS fait plus que ça. Ce système est capable de maintenir seul une voiture sur la voie, sous réserve qu’il n’y ait pas de virages de grande ampleur, et de contrôler seul la vitesse en l’adaptant au véhicule devant lui, sans que le conducteur ait besoin d’intervenir. Son utilisation sera néanmoins limitée à une vitesse de 60 km/h maximum, sur autoroutes et voies rapides.

Le conducteur, en outre, devra rester alerte et être en mesure de reprendre le contrôle du véhicule en moins de dix secondes, faute de quoi la voiture se mettra en mode « sécurité » avec les warnings et ralentira jusqu’à s’arrêter.










Décideurs

Stellantis vs Volkswagen : qui est le premier constructeur européen ?

Des voitures « autonomes » sur les routes anglaises en 2021 ?

Joe Biden confirme son intention d’augmenter les impôts des plus riches

Le FMI relance l’idée de taxer les riches pour payer la crise