Carnets de l'Economie

Les Carnets de l'Economie

Construction en bois : le Japon redoute de nouvelles catastrophes




La Rédaction
02/05/2018

Au Japon, pays où la construction en bois est traditionnelle, des événements récents relativisent l’intérêt et la sécurité de ce matériau.


En juillet 2017, la région d’Asakura dans le nord de Kyshu, au Japon, a subi des inondations qui ont fait une trentaine de morts, avec 400 000 personnes évacuées (et ceci cinq ans après les pluies exceptionnelles qui avaient fait le même nombre de victimes). La catastrophe a frappé une zone relativement restreinte de trente kilomètres sur quinze, mais elle a été aggravée dans cette région montagneuse par les coulées de boues entraînant des troncs d’arbres destructeurs comme de véritables béliers. Dans la zone, en effet, poussent des cèdres de belle taille que les entreprises forestières, en mauvaise posture du fait de la concurrence étrangère, laissent souvent sur place en attendant de les faire transporter. Comme en 2012 - dont apparemment on n’a pas retenu la leçon- les troncs qui représentent des centaines de milliers de tonnes peuvent dévaler la pente jusqu’à la baie de Subo s’ils sont entraînés par la boue. Cette situation est un exemple des problèmes que pose l’utilisation du bois dans un pays couvert de forêts aux deux tiers et où la construction en bois, y compris à des hauteurs remarquables, correspond à une très ancienne tradition.

Après 1945, et l’utilisation intensive du bois énergie, les autorités ont décidé une politique de reboisement qui a favorisé les conifères, cèdres et cyprès du Japon, à croissance rapide, et qui représentent maintenant environ 40 % de la forêt japonaise. Du coup, ces plantations peu rentables n’ont pu concurrencer le bois d’exportation utilisé abondamment par l’industrie (le Japon est aujourd’hui devenu un des plus gros importateurs de bois du monde, absorbant un quart des importations mondiales).

Parallèlement, l’usage du bois a chuté dans la construction, également depuis 1945 : en raison des risques d’incendie, la législation est longtemps restée très contraignante en matière d’utilisation du bois dans les nouveaux bâtiments. En effet, à côté de ses programmes de rénovation rapide de la forêt, le Japon se dotait de normes strictes pour lutter contre le feu : très marqué par les dramatiques incendies pendant la seconde guerre mondiale, le pays en a longtemps restreint l’usage pour les bâtiments de grande taille entre 1950 et 2000.

Puis, dans le cadre d’une modification progressive de la loi sur la construction de 1987, la législation a évolué dans un sens plus favorable à une industrie du bois de construction en récession (la part du bois dans les constructions nouvelles était ainsi passée de 94% en 1964 à 55% en 2014), avec en arrière-plan un problème économique : la construction traditionnelle utilisait une majorité de bois domestique mais les constructions préfabriquées recourent à plus de 90 % à du bois importé. Progressivement, les contraintes limitant l’usage du bois dans la construction ont ainsi été levées. Par exemple, une modification de 2014 autorise la construction de bâtiments publics en bois à 3 étages sous certaines conditions relatives à l’ignifugation. Depuis 2010, les ministères japonais de la construction et de la forêt ont lancé un plan d’utilisation du bois domestique dans le cadre de la commande publique en infrastructures, en soutien à la filière bois nationale. Une partie de la construction se tourne donc à nouveau vers le bois, en particulier le Cross Laminated Timber qui permet des travaux plus rapides.

Pour autant, il n’est pas encore évident que le bois de construction ainsi encouragé par les autorités doive faire un grand retour au Japon, notamment pour des raisons de sécurité. On sait que le pays a su progresser spectaculairement dans la construction antisismique. Si certaines techniques traditionnelles sont toujours reprises (ainsi des systèmes sophistiqués de piliers de bois reliant les étages sur le modèle d’anciens temples), la protection contre les tremblements de terre est assurée de façon bien plus moderne par le renforcement des structures de soutènement, des sortes de dispositifs en caoutchouc installés sous les bâtiments, des amortisseurs comparables à des pistons, des poutrelles en métal, etc. , sans parler de la célèbre « souplesse » des gratte-ciels conçus pour tanguer littéralement et absorber l’énergie (comme en témoignent les gratte-ciels de Tokyo faits pour résister à des mégaséismes).

Par ailleurs, le risque d’incendie a beaucoup marqué le Japon et de temps en temps, une catastrophe vient raviver les craintes ancestrales. Ainsi, en 2016, un énorme incendie à Itoigawa dans le nord-est du pays, se propageant pendant sept heures s’est largement répandu par les anciennes bâtisses en bois, très rapprochées : bien que n’ayant fait aucune victime, l’incendie a ravagé près de 150 maisons.

Les contraintes de sécurité vont-elles ramener à modifier des choix politiques fondés sur une vision purement économique ? Dans tous les cas, au Japon, le discours enthousiaste en faveur d’un matériau réputé naturel et traditionnel, se révèle beaucoup moins convaincant si l’on fait le bilan global des coûts et risques pris par les populations concernées. Un parallèle évident peut être tracé avec la situation française, où les autorités administratives et politiques se sont également laissé convaincre de soutenir la construction en bois pour des motifs économiques et écologiques. Les mêmes causes entrainant les mêmes conséquences, faut-il attendre une catastrophe, comme un incendie dans une tour de 15 étages en bois, avant toute prise de conscience sur les risques de ces constructions téméraires ?







International

Découverte & Lifestyle

Réflexions

L'actu de la RSE