Carnets de l'Economie

BlackBerry lance son premier smartphone low-cost sur le marché indonésien




13/05/2014

Après des années de succès quasiment incontesté, BlackBerry a perdu sa suprématie dans les smartphones face à la conquête rapide d’Apple puis de Samsung. En pleine crise, le groupe tente de se relever et il mise sur un marché stratégique : l’Indonésie. Car dans le pays asiatique BlackBerry est resté sur le devant de la scène.


cc/flickr/janitors
cc/flickr/janitors
L’Indonésie est une des rares marchés où le groupe n’a pas perdu d'importantes parts de marché. Il semble donc que John Chen, nouveau PDG du groupe, ait misé sur ce marché pour relancer le constructeur. Une édition spéciale de son nouveau smartphone low-cost sera en effet lancée le 15 mai 2014 dans le pays.

Le nouveau téléphone devrait être vendu pour 2,199 millions de roupies indonésiennes soit l’équivalent de 138 euros. Disponible dès la deuxième moitié du mois de mai, le BlackBerry Z3 sera commercialisé dans une version spéciale appelée « Jakarta » du nom de la capitale du pays. Elle sera accompagnée d’applications locales et a été, d’après John Chen, créée « spécialement pour les clients indonésiens ».

C’est donc un petit pas pour le groupe qui tente de sortir du gouffre. En février 2014, la publication des chiffres pour l’année 2013 annonçaient la couleur : une perte de 5,9 milliards de dollars.

BlackBerry semble donc avoir décidé de remonter la pente en s’attaquant avant tout aux marchés où l’entreprise joue encore un rôle important plutôt que de retenter de s’attaquer de front aux marchés que se partagent désormais Apple et Samsung. Et pour ce faire, BlackBerry a signé un contrat de cinq ans avec le constructeur taiwanais Foxconn, le même qui produit les iPhones de la marque de Cupertino.










Décideurs

Stellantis vs Volkswagen : qui est le premier constructeur européen ?

Des voitures « autonomes » sur les routes anglaises en 2021 ?

Joe Biden confirme son intention d’augmenter les impôts des plus riches

Le FMI relance l’idée de taxer les riches pour payer la crise