Carnets de l'Economie

​Vivendi pourrait vendre les 20% de SFR-Numericable qui lui restent




18/02/2015

Patrick Drahi veut avoir la main mise sur l'intégralité de son nouveau groupe Numericable SFR qu'il a eu tant de mal à monter. Sauf que dans le deal initial de la fusion entre les deux entités il était convenu que Vivendi, propriétaire de SFR avant le rachat par Numericable, garde 20% du nouveau groupe. Alors Patrick Drahi a proposé de racheter même ces 20% selon un communiqué de Vivendi.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
Altice, maison-mère de Numericable, et Numericable-SFR, auraient, selon le communiqué de Vivendi, fait une offre ferme au groupe de médias : 3,9 milliards d'euros pour racheter les 20% de capital de l'opérateur encore détenus par Vivendi. Une offre en dessous de la cotation boursière de l'entité Numericable SFR.

L'offre fixe en effet à 40 euros le prix de l'action alors qu'en Bourse l'action s'échange ce mercredi 18 février 2015 à 50 euros, en hausse à la suite de l'annonce de cette offre de rachat. Toutefois la direction de Vivendi n'a pas souhaité refusé l'offre.

Elle ne l'a pas non plus acceptée mais a annoncé, dans son communiqué, qu'une réunion du conseil de surveillance du groupe prévue pour le 27 février 2015 se penchera sur la question et décidera si donner suite ou non à l'offre de Patrick Drahi.

Si Vivendi accepte l'offre, elle recevra de Numericable SFR 50% de la somme immédiatement et 50% le 7 avril 2016 au plus tard avec un taux d'intérêt de 3,8%. Ce qui permettra à Vivendi de faire rentrer dans ses caisses un total de 17 milliards d'euros en moins de deux ans.

Le rachat de SFR par Numericable avait en effet été conclu en 2014 pour la somme de 13,36 milliards d'euros. L'AMF et l'Autorité de la Concurrence ont validé le rachat fin novembre 2014










Décideurs

Orange : grève nationale pour une hausse des salaires

La SNCF lance un abonnement pour les télétravailleurs

Les salaires des patrons du Cac 40 attendus en hausse

AirBnb écope d'une amende de la DGCCRF pour des mentions légales non conformes