Carnets de l'Economie

​Brexit : une baisse d'impôt sur les entreprises pour les inciter à rester ?




04/07/2016

Après le vote sur le Brexit, où le "leave" a remporté la majorité des suffrages, les entreprises commencent à s'inquiéter de la suite des événements et de leur avenir au Royaume-Uni. Un sondage réalisé auprès des chefs d'entreprise de la City aurait montré qu'un cinquième d'entre eux pense à déménager son siège social pour rester dans l'Union Européenne. George Osborne, chancelier de l'Echiquier, a peut-être un argument de taille pour les faire rester.


cc/pixabay
cc/pixabay
Selon le Financial Times, qui dévoile l'information dimanche 3 juillet 2016, le ministre des Finances britannique aurait l'intention de faire un énorme cadeau fiscal aux entreprises britanniques : il veut baisser l'Impôt sur les Sociétés, actuellement de 20 %. Une décision qui ne serait que l'accélération d'un plan déjà annoncé en mars 2016.

George Osborne avait déjà prévu de baisser l'IS à 17 % à l'horizon de 2020 mais, désormais, il pourrait aller plus loin afin de convaincre les entreprises de rester. L'Impôt sur les Sociétés britannique pourrait chuter à 15 %, un niveau très proche de celui de l'Irlande (12,5 %), pays au centre des techniques d'optimisation fiscale de nombreuses multinationales dont Google et Apple.

Si le Royaume-Uni décidait de faire chuter son IS à 15 %, le pays deviendrait très attractif pour les entreprises puisqu'il s'agirait d'un des taux d'imposition les moins élevés des grandes économies mondiales. Mais cela pourrait également attirer les fraudeurs.

L'OCDE, selon un document interne que Reuters a pu consulter, s'inquiétait dès le lendemain du Brexit que le Royaume-Uni ne devienne une sorte de paradis fiscal après la fin de tous les accords liant le pays à l'Union Européenne. Cette annonce de George Osborne ne fait qu'augmenter l'inquiétude de voir le Royaume-Uni devenir une nouvelle Irlande... sur lequel la Commission Européenne n'aurait aucun pouvoir.










Décideurs

Les éditions de Fallois en cessation d'activité en décembre

Face à la hausse des prix de l’énergie, le « bouclier tarifaire » du gouvernement

Orange : grève nationale pour une hausse des salaires

La SNCF lance un abonnement pour les télétravailleurs