Carnets de l'Economie

Zoom sur l’économie des déchets en France




La Rédaction
04/12/2013

En France, 355 millions de tonnes de déchets sont produites chaque année (1). Derrière ce chiffre, toute une filière s’organise techniquement, humainement et économiquement pour assurer de la collecte jusqu’au traitement des ordures. Panorama d’un secteur au cœur de problématiques sanitaires et environnementales, mais aussi industrielles et énergétiques.


Portrait général de la filière

La gestion des déchets en France implique plusieurs acteurs, publics et privés. En premier lieu, ce sont les communes qui sont responsables de la collecte et du traitement des déchets ménagers produits par leur territoire. Ces activités sont financées principalement par la taxe d’enlèvement des ordures ménagères et la redevance pour l’enlèvement des ordures ménagères. Diverses recettes (vente de matériaux issus du tri, valorisation énergétique, financements liés au principe de responsabilité élargie du producteur…) peuvent venir alléger la facture, qui représente tout de même l’un de leurs principaux postes de dépenses (91€ par habitant en moyenne en 2007/2008 (2)). La gestion de la collecte et du traitement des déchets peut quant à elle être transférée à une communauté de communes ou un syndicat intercommunal, qui s’appuiera sur l’expertise et les installations des industriels de la filière.
 
Les acteurs sont nombreux, avec des tailles et des domaines de compétences très variés. Les deux mastodontes du secteur, Véolia et Suez, sont présents de façon verticale sur tout le processus. Certains se spécialisent sur un ou plusieurs maillons : Paprec par exemple est spécialiste du recyclage, et CNIM est un acteur de référence dans le domaine de la valorisation énergétique des déchets et de la biomasse.
 
Selon l’ADEME, le secteur emploie plus de 130 000 personnes, et son chiffre d’affaires 2008 (3) s’élève à 5,23 milliards d’euros pour les déchets non dangereux, et à 595 millions d’euros pour les déchets dangereux. Ce chiffre est en progression, malgré une conjoncture économique difficile. Mais la dernière étude Xerfi sur « Le marché de la gestion des déchets à l’horizon 2015 » relève une dégradation des performances de certains acteurs (en particulier les plus gros), fragilisés notamment par un endettement immense lié à des politiques d’acquisition très intenses.
Photo: cc / Wikimedia
Photo: cc / Wikimedia

En amont du processus : la collecte

Chaque étape du processus de gestion des déchets a ses particularités et ses spécialistes. Celle de la collecte intervient le plus en amont. Elle représente 45% des charges liées à la gestion des déchets.  Sur ce créneau on trouve deux types d’acteurs, avec d’abord ceux qui fabriquent et vendent le matériel de ramassage (bennes, camions…). CTI par exemple dispose d’une usine en Normandie qui produit des camions BOM (bennes à ordures ménagères) et autres conteneurs de tri, exportés dans 20 pays. Mais cette activité est parfois intégrée : SITA, filiale de Suez, a développé une benne « full electric » pour « une collecte propre, silencieuse et plus sûre ».  
 
Néanmoins la majeure partie de l’activité liée à la collecte des ordures concerne les entreprises qui effectuent le ramassage. Les deux géants du secteur, Veolia et Suez, sont quasi-omniprésents sur ce créneau. Mais certains challengers sont aussi très bien implantés. Le groupe Nicollin, dont il s’agit de l’activité historique, est le troisième opérateur français du secteur de la collecte des ordures ménagères. Avec 4500 collaborateurs et 9 filiales, il propose des services de collecte traditionnels, et a évolué aussi vers des services de collecte robotisées ou de containers enterrés.

Des installations de différents types pour assurer le traitement

Le traitement des ordures représente quant à lui 40% du budget de la gestion des déchets. Les acteurs intervenant ici sont ceux qui conçoivent et réalisent les déchetteries, les centres de tri et de stockage et les incinérateurs. Il s’agit d’une filière industrielle demandant des compétences techniques très pointues : les installations doivent être toujours plus performantes, plus écologiques et plus sûres. La société savoyarde Aktid par exemple est spécialisée dans la conception des centres de tri depuis plus de 20 ans. Elle vient d’inaugurer un centre de tri ultra-moderne en périphérie du Mans, utilisant des techniques de pointe (ribles balistiques, tris optiques Pellenc…) pour minimiser les refus. Novergie opère aussi dans le traitement, et est spécialisée notamment dans les incinérateurs. Sa particularité : elle est une filiale de Sita… qui elle-même dépend de Suez. La gestion de ces installations peut être effectuée par les industriels eux-mêmes – ou leurs filiales, et / ou par des syndicats spécialisés (comme le Syctom à Paris).

En aval, la revalorisation et le recyclage

Le cycle de vie du déchet ne s’achève pas forcément à l’issue du traitement. Tout un pan de la filière se consacre en effet à cette « seconde vie » qui peut prendre différentes formes : recyclage, valorisation énergétique, biomasse…
 
En France, c’est CNIM qui fait figure de référence dans la valorisation des déchets. Le groupe conçoit et réalise en effet des unités qui permettent de produire de l’énergie et de la chaleur à partir de la combustion des déchets, énergie qui sera réinjectée dans le réseau, et utilisée par exemple pour l’éclairage ou le chauffage. CNIM a, entre autres, réalisé le centre de valorisation énergétique de Flamoval dans le Nord, capable de traiter plus de 92 000 tonnes de déchets par an, dont 98% sont valorisés. La valorisation énergétique produit  l’équivalent de la consommation de 26 000 foyers chaque année. D’autres procédés comme la cogénération biomasse, le traitement mécano-biologique ou encore la production de compost font partie des compétences de CNIM dans ce domaine, qui réclament une expertise technologique pour un enjeu de premier ordre : rendre plus propre mais aussi plus « utile » la gestion des déchets. Dans cette perspective, la filiale de CNIM, LAB, a développé des systèmes de captage et de traitement des fumées d’incinération permettant d’éliminer  tous « les polluants présents dans les gaz de combustion tels que les poussières, les métaux lourds et les gaz acides, les oxydes d’azote, les dioxines et les furanes. »
 
Le zéro-rejet, ou presque, c’est aussi l’objectif principal de la filière du recyclage, qui récupère certains matériaux pour les revendre et / ou les transformer (verre, papier, certains métaux…). Paprec par exemple est le premier recycleur indépendant français. Il s’illustre notamment dans le secteur du recyclage papier (2 millions de tonnes de papiers et cartons recyclés par an), mais aussi dans celui du bois, des déchets verts, ou des déchets électroniques… Les matériaux transformés sont revendus à des industriels, et la tendance est au développement de l’activité : « Un tiers des matières premières utilisées par l'industrie est issu du recyclage, mais la proportion atteindra les deux tiers au cours du xxie  siècle », prévoit Jean-Luc Petithuguenin, le PDG de Paprec.
 
Une économie en mutation

Le secteur des déchets se situe à la croisée d’enjeux sociétaux, environnementaux et économiques de premier ordre. Il est en effet directement concerné par deux tendances fortes : la nécessité de réduire la quantité d’ordures produites, et celle de « recycler », au sens large (réutilisation des matériaux, et valorisation énergétique). Si la première induit une baisse d’activité dans la filière, la seconde offre non seulement des opportunités de croissance, mais aussi de participation active à un projet social plus durable.
 
  1. Chiffres 2010 publiés en janvier dernier par le Commissariat Général au Développement Durable
  2. ADEME, Chiffres clés des déchets 2012 : http://www2.ademe.fr/servlet/KBaseShow?catid=12549
  3. Dernières données disponibles










Décideurs

Pour Moody’s, la Russie a fait défaut sur sa dette souveraine

Elon Musk accusé d’avoir gonflé le cours du DogeCoin

Une hausse de prix à venir pour les abonnements Canal+

GreenYellow : la stratégie gagnante de Jean-Charles Naouri ?