Carnets de l'Economie

Viadeo lance son introduction en Bourse à Paris




28/05/2014

Afin de continuer sa croissance, notamment à l’étranger, le réseau social de professionnels français Viadeo, concurrent de LinkedIn, a annoncé ce mercredi 28 mai 2014 son introduction en Bourse à Paris. Une manière de lever des fonds et tester les investisseurs, car aucune prévision de montant n’a été dévoilée.


cc/Flickr/ Plugg Conference
cc/Flickr/ Plugg Conference
La date d’introduction en Bourse de Viadeo n’a pas été communiquée et pour l’instant le projet n’en est qu’à son stade initial, le réseau social ayant déposé les documents de base auprès de l’AMF, l’Autorité des Marchés Financiers. But de la manœuvre, financer sa croissance à l’étranger, surtout en Asie, principal axe de développement du site.

En effet, des 30 millions d’euros de chiffre d’affaire réalisés par Viadeo, 95% l’ont été en France. Le réseau social français compte en Hexagone 9 millions de membres alors que LinkedIn n’en avait que 7 millions en début d’année. Mais le réseau social américain se rapproche et pourrait bien voler la vedette à Viadeo.

Le groupe a donc décidé de se lancer en Asie et notamment en Chine où, sous la marque Tianji le groupe a 20 millions de membres, la Russie et l’Afrique. Ces trois zones sont encore des points faibles de LinkedIn, bien que l’américain soit déjà prêt à un lancement chinois.

Pour ne pas se laisser surpasser par son concurrent, Viadeo va donc tenter de lever des fonds par une introduction en Bourse, mais sans objectif précis. Ainsi faisant, le groupe pourra se développer en Asie, point central de sa stratégie avec l’Europe. Les deux continents représentent 7,6 milliards de dollars de chiffre d’affaire potentiel pour ce type de réseau social professionnel, sur les 30 milliards de dollars potentiels représentés par les professionnels du monde entier.










Décideurs

Ukraine : Larry Fink annonce la « fin de la mondialisation »

Inflation : la BCE ne prévoit plus d’amélioration en 2022

Amazon annonce un stock split 20 pour 1

Bouclier tarifaire : un coût de plus de 20 milliards d’euros