Carnets de l'Economie

Uber baisse les prix et paye ses conducteurs pour attirer de nouveaux clients




07/07/2014

Si tout le monde connaît désormais le groupe Uber proposant les services d’une flotte de Véhicules de Tourisme avec Chauffeur (VTC) ce n’est pas forcément pour les bonnes raisons, en tout cas en France : le groupe doit faire face à une fronde des lobbys des taxis partout en Europe. Mais aux Etats-Unis ce n’est pas le cas. Du coup, bien installé outre-Atlatique, Uber a décidé de casser les prix durant les vacances dans certaines villes américaines. Et son service UberX tourne désormais à perte.


cc/flickr/dhammza
cc/flickr/dhammza
La situation est temporaire bien que pas forcément prévue par le groupe : la baisse de 25% de ses tarifs dans certaines villes américaines a entraîné une grogne des chauffeurs du service UberX, le service bas de gamme du groupe. Car, initialement, le salaire des chauffeurs aurait dû également suivre cette baisse de prix.

Mais les conducteurs n’ont pas lâché et finalement le groupe a dû aller à leur encontre et garantir leur salaire de 12 dollars le trajet. Mais avec les nouveaux tarifs en vigueur ce salaire coûte de l’argent à Uber.

En effet, avant le 10 juin 2014, soit avant la baisse de 25% des prix, un trajet avec UberX coûtait 15 dollars et le conducteur touchait 12 dollars, soit un bénéfice de 3 dollars pour Uber. Ce n’est plus le cas.

Le trajet coûte aujourd’hui chez UberX et pendant toute la durée de la promotion 11,25 dollars au client. Le conducteur, lui, continue de toucher ses 12 dollars par course ce qui signifie que la société Uber doit débourser de sa poche 75 centimes de dollars par course pour compenser.

Mais en baissant radicalement les prix, Uber compte bien conquérir de nouveaux clients qui, potentiellement fidèles, pourraient bien continuer d’utiliser ses services une fois le coût du trajet revenu à la normale.










Décideurs

RATP : la grève des conducteurs s’annonce suivie, le trafic « très perturbé »

Canal+ conforté par la justice dans son conflit avec TF1

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois

La BCE augmente de nouveau ses taux directeurs