Carnets de l'Economie

Louis Gallois nommé à la tête du conseil de surveillance de PSA




19/03/2014

Alors que le groupe automobile français va bientôt recevoir au sein de son capital les chinois de Dongfeng et l’état français dans une augmentation de capital historique, les changements foisonnent à la tête du groupe. Selon une source proche du dossier, Louis Gallois devrait être le nouveau président du conseil de surveillance de PSA Peugeot Citroën.


C’est le Journal Du Dimanche qui dévoile l’information ce mercredi 19 mars 2014 en citant une source proche du dossier. Louis Gallois aurait finalement été choisi par le conseil de surveillance de PSA « à l’unanimité » bien que ce ne fût pas sûr que la nomination lui revienne. Pour ce poste, il était en effet en concurrence avec Robert Hauser, ex-président directeur général de Nexans. La candidature de Hauser était en effet appuyée par Robert Peugeot.

Mais Louis Gallois était la figure choisie par l’Etat pour ce poste et, fort de cet appui, il aurait réussi à prendre toutes les voix en sa faveur. Les chinois de Dongfeng avaient, de leur côté, estimé non nécessaire de s’immiscer dans cette bataille et n’avaient pas penché pour l’un ou l’autre des candidats.

Selon la source du JDD, Louis Gallois devrait prendre ses fonctions comme nouveau président du conseil de surveillance de PSA le 30 avril 2014 après une assemblée générale des actionnaires prévue pour cette date. Ce jour-là se terminera donc le mandat de Thierry Peugeot qui aurait dû occuper le poste jusqu’en 2016.

A la tête du directoire de PSA sera nommé, comme prévu, Carlos Tavares, anciennement numéro 2 chez Renault. Il prendra ses fonctions le 31 mars. Au niveau des administrateurs du groupe, ils ne seront plus que 14 au lieu de 15 et seuls deux places seront réservées à la famille Peugeot qui sera représentée par Thierry Peugeot et son cousin Robert. L’Etat et Dongfeng auront également deux places.










Décideurs

Ukraine : Larry Fink annonce la « fin de la mondialisation »

Inflation : la BCE ne prévoit plus d’amélioration en 2022

Amazon annonce un stock split 20 pour 1

Bouclier tarifaire : un coût de plus de 20 milliards d’euros