Carnets de l'Economie

Les immatriculations neuves en hausse en octobre




Olivier Sancerre
01/11/2017

Les ventes d'immatriculations neuves ont bondi en France au mois d'octobre, selon les chiffres du Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA). Une tendance qui correspond à un marché particulièrement bien orienté depuis le début de l'année.


En octobre, les ventes d'immatriculations neuves ont progressé de 13,73% par rapport au même mois de l'an dernier. C'est un sacré bond en avant par rapport au mois de septembre, durant lequel la hausse avait été plus mesurée (+1,09%). Le mois dernier, les constructeurs automobiles ont écoulé 176 504 voitures neuves en France auprès des particuliers.

Les constructeurs français ont tiré leur épingle du jeu en octobre, tout particulièrement le groupe PSA avec une croissance fulgurante de ses ventes de 24,08%. Cette performance est toutefois liée aux ventes d'Opel, que PSA a repris en août des mains de General Motors. Si on met de côté les ventes réalisées par la marque, le groupe PSA afficherait tout de même une progression solide de 10,66%. Du côté de Renault aussi, les résultats pour le mois d'octobre sont bien orientées avec une hausse des ventes d'immatriculations neuves de 16,19% en octobre.

La marque Renault progresse de 17,44%, quant à Dacia la hausse des ventes est de 11,63%. Nissan connait de son côté un véritable boom avec une progression de 24,35%. Au classement des constructeurs étrangers, Volkswagen prend la première place, avec une hausse de 7,05% de ses ventes d'immatriculations neuves le mois dernier. Les performances des ventes durant l'année sont très solides, puisqu'elles sont en progression de 4,81% depuis le mois de janvier. De quoi satisfaire non seulement les constructeurs bien sûr, mais aussi le gouvernement qui y voit là un accélérateur de la consommation et donc de la croissance.


Tags : automobile








Décideurs

Canal+ conforté par la justice dans son conflit avec TF1

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois

La BCE augmente de nouveau ses taux directeurs

France : un « net ralentissement » de l’économie attendu en 2023