Carnets de l'Economie

Les Carnets de l'Economie

Les Français sont toujours réticents à changer de banque




Anton Kunin
10/01/2018

1 Français sur 2 ne changerait pas de banque si l’économie annuelle sur les frais est inférieure à 100 euros, apprend-t-on d’un sondage OpinionWay pour Fortuneo.


Seuls 27 % des Français changeraient de banque pour une économie de 50 euros

Les Français sont loin d’être prêts à dire adieu à leur banque actuelle uniquement en raison de ses frais élevés. Selon un sondage OpinionWay pour Fortuneo, si la quasi-totalité (95 %) changeraient d’établissement pour une économie annuelle de 200 euros ou plus, moins d’un tiers (27 %) seraient disposés à le faire pour une économie de moins de 50 euros. La moitié des personnes interrogées ne changeraient pas de banque si l’économie s’élève à moins de 100 euros. À l’autre bout du spectre, 1 Français sur 5 (17 %) serait prêt à franchir le pas si l’économie en jeu est inférieure à 20 euros par an.

Pour Guillaume Clavel, fondateur du comparateur Panorabanques.com, cette réticence à changer de banque s’explique par le fait que de nombreux Français ignorent toujours l’existence du dispositif d’aide à la mobilité bancaire prévu par la loi Macron et entré en vigueur en février 2017. En effet, depuis bientôt un an, un client désirant changer de banque peut demander à son établissement actuel de transmettre à sa nouvelle banque la liste de l’ensemble des prélèvements et virements entrants (salaire par exemple) pour que sa nouvelle banque se charge d’avertir l’ensemble de ces sociétés de la nouvelle domiciliation bancaire du client. D’autre part, ce dispositif a eu sa part de mauvaise presse car « il y a eu des loupés » en raison de l’imperfection des logiciels des banques. Dans l’esprit du client, changer de banque reste donc toujours compliqué. Quant aux 17 % des Français se disant prêts à changer de banque pour une économie de 20 euros ou moins, selon Guillaume Clavel il s’agirait tout simplement de clients mécontents qui sont déjà sur le pas de la porte.

Les réticences à changer de banque auraient une explication culturelle

Pour le reste, selon Guillaume Clavel, cette réticence s’explique par le fait que la majorité des Français ne considèrent pas leur banque comme un simple prestataire. À la différence d’un opérateur de téléphonie mobile, par exemple, ils considèrent que leur banque leur fournit un service un peu exceptionnel. Quant à ceux qui hésitent à passer chez une Fintech (Orange Bank, Carrefour Banque, N26…), une grande partie sont attachés à leur agence, sur l’aide de laquelle ils comptent en cas de problème. D’autres hésitent à confier leur épargne à des « nouveaux venus » car ils font confiance à des marques bancaires établies.

Fin décembre 2017, une étude d’Ogury (une société spécialisée dans l'étude des comportements de mobinautes) révélait que seuls 5 % des Français ont adopté les Fintechs. Pas étonnant quand on sait que, selon la même étude, seuls 2,2 % des Français utilisent des applications bancaires sur leur smartphone (contre 10,4 % des Espagnols et 8,8 % des Britanniques, par exemple).






International

Découverte & Lifestyle

Réflexions

L'actu de la RSE