Carnets de l'Economie

Le marché automobile européen toujours à la peine en 2021




Olivier Sancerre
19/01/2022

Le marché automobile en Europe a connu une année 2021 exécrable, pire encore qu'en 2020 pourtant marquée par le déclenchement de la pandémie. Le nombre de voitures vendues sur le vieux continent à chuté.


Pas de rebond en Europe

En 2021, l'industrie automobile espérait un rebond en Europe, après une année 2020 durant laquelle les concessionnaires ont fermé pendant des mois, tandis que la production a dû être suspendue pour éviter les contaminations sur le lieu de travail. Mais les chiffres de l’association des constructeurs européens (ACEA) démontrent que cet espoir a été douché en raison des difficultés d'approvisionnement et des problèmes logistiques liés au vif rebond de l'économie.

Au total, les constructeurs ont vendu 9,7 millions de véhicules en Europe l'an dernier. C'est tout simplement le plus mauvais chiffre jamais enregistré depuis le début de la série statistique, en 1990. Même durant les « années noires » du secteur, en 1993 et 2013, l'industrie automobile européenne a fait mieux. D'une année sur l'autre, cela représente une baisse de 2,4%. Dans ce contexte, peu de pays parviennent à tirer leur épingle du jeu.

Le podium des constructeurs en recul

On relève toutefois que l'Italie et l'Espagne, deux des pays les plus touchés par l'épidémie, s'en sont sortis avec les honneurs et une croissance des ventes de respectivement 1% et 5,5%. En France, la situation n'est pas formidable, mais avec 1,66 million de véhicules, l'Hexagone affiche une progression modeste de 0,5%. En revanche, l'Allemagne, premier marché européen, est en fort recul de 10,1% avec 2,6 millions de voitures vendues. La Belgique, les Pays-Bas et le Danemark sont aussi à des niveaux de baisse similaires.

Au niveau des constructeurs, Toyota et surtout Hyundai-Kia (grâce à sa gamme électronique et hybride) tirent leur épingle du jeu avec +9,1% et 18,4%. Le numéro 1 européen, Volkswagen, plonge de 4,8% avec 2,4 millions de véhicules. Stellantis accuse une baisse de 2,1% mais le groupe peut compter sur la santé de ses marques Peugeot, Fiat et Citroën. Enfin, le groupe Renault ne peut que perdre 10,2%, malgré la performance de Dacia.


Tags : automobile








Décideurs

Canal+ conforté par la justice dans son conflit avec TF1

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois

La BCE augmente de nouveau ses taux directeurs

France : un « net ralentissement » de l’économie attendu en 2023