Carnets de l'Economie

Le magasin Sephora des Champs-Elysées restera fermé la nuit




09/12/2013

La cour de Cassation de Paris a décidé que le magasin Sephora (groupe LVMH) des Champs-Elysées restera fermé le soir. Les salariés, qui avaient joué leur dernière carte en déposant un recours en tierce opposition concernant la décision de la cour d’Appel de Paris, ont été déboutés.


cc/flickr/br1dotcom
cc/flickr/br1dotcom
L’affaire fait écho à celle du travail du dimanche. Une action de l’intersyndicale du commerce parisien Clic-P, qui réunit la CGT, la CFDT, le syndicat SUD et d’autres syndicats avait entraîné, le 23 septembre 2013, la condamnation du magasin Sephora à fermer ses portes à partir de 21 heures. Le magasin avait annoncé faire une grande partie de son chiffre d’affaires justement durant la soirée, soit après les horaires de bureaux.

Les salariés contraires à cette décision et à cette action de l’intersyndicale avaient donc déposé un recours auprès de la Cour de Cassation pour faire annuler le jugement de la Cour d’Appel. Un recours qui toutefois n’avait que très peu de chances d’aboutir. C’est donc sans surprise que la décision a été rendue.

Joëlle Aknin, avocate des salariés de Sephora, a commenté cette décision sobrement : « Nous avons pu constater le jour de l’audience que les magistrats n’étaient pas disposés à entendre le message que les salariés étaient venus délivrer ».

Sephora ne pourra donc plus ouvrir ses portes le soir sur les Champs-Elysées et restera fermé. La boutique est fermée le soir depuis le 23 septembre et ce malgré le recours en Cassation car celui-ci n’est pas suspensif de la décision de justice.

Les 101 salariés du magasin craignent désormais des licenciements économiques qui feraient suite à la perte de chiffre d’affaire lié à la fermeture du magasin après 21 heures.










Décideurs

Canal+ conforté par la justice dans son conflit avec TF1

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois

La BCE augmente de nouveau ses taux directeurs

France : un « net ralentissement » de l’économie attendu en 2023