Carnets de l'Economie

La Poste décide d'augmenter ses timbres de 3 centimes d'euro




01/10/2013

L'entreprise, à travers un communiqué conjoint à celui de l'Arcep, l'Autorité de régulation des postes et télécoms annonce ce mardi une augmentation du prix des timbres les plus courants. Cette augmentation interviendra au 1er janvier 2014. L'entreprise affirme que cette hausse n'aura qu'un impact très léger sur les ménages.


La Poste distribue environ 120 millions de courriers par jour.
La Poste distribue environ 120 millions de courriers par jour.
Pour l'heure, le prix du timbre augmente et passe donc de 63 centimes à 66 centimes d'euro. Il faut remonter au 1er janvier 2013, c'est-à-dire à la dernière augmentation en date des timbres pour comprendre la décision d'augmenter à nouveau le prix du timbre. 

A l'époque, la lettre prioritaire était passée de 0,60 à 0,63 euro, et la Lettre verte de 0,57 à 0,58 euro. Mais lors de cette augmentation, l'Arcep avait également donné un avis favorable aux hausses de tarif demandées par La Poste.

Cette dernière justifie cette nouvelle augmentation pour "préserver un haut niveau de qualité du service universel". D'où une augmentation, désormais régulière, de 3 %. Seulement la dernière augmentation en date est bien supérieure à 3 %. En effet, le prix d'une Lettre verte passe de 0,58 à 0,61 euro, soit une augmentation de 5,2 % et celui d'un timbre prioritaire passe de 0,63 à 0,66 euro, soit + 4,8 %.

Nul doute que cette augmentation vient également compenser le fait que les Français envoient de moins en moins de courrier par voie postale, les SMS et messages électroniques étant devenus la référence. Ainsi, un ménage français envoie en moyenne cinquante lettres par an pour un budget moyen de 30 euros. Cette dernière hausse devrait augmenter ce budget d'un euro par an, et par ménage.










Décideurs

Canal+ conforté par la justice dans son conflit avec TF1

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois

La BCE augmente de nouveau ses taux directeurs

France : un « net ralentissement » de l’économie attendu en 2023