Carnets de l'Economie

La Deutsche Bank va supprimer 20% de ses effectifs




Olivier Sancerre
08/07/2019

Tout le secteur bancaire allemand et européen attendait la nouvelle avec angoisse : la Deutsche Bank a dévoilé un plan de restructuration de grande ampleur.


Christian Sewing, le patron de la première banque d'Allemagne, a dévoilé le plan de restructuration majeur qui va complètement remodeler l'entreprise. D'ici 2022, ce sont 18 000 emplois qui seront supprimés au sein du groupe, ce qui représente 20% des effectifs de l'entreprise. Il y a quatre ans, elle en comptait plus de 100 000. Au terme de ce plan social d'un coût total de 7,4 milliards d'euros, la banque comptera 74 000 employés. Cette restructuration va permettre d'opérer une véritable « transformation » de la Deutsche Bank, selon le dirigeant. L'établissement paie là les erreurs du passé.

Une des activités les plus touchées par ce plan social est le trading d'actions qui s'opère à Londres et à New York : des opérations qui devraient connaître un terme après avoir poussé la Deutsche Bank dans les fusions/acquisitions et les échanges d'actions. La banque d'investissement a connu un succès grisant… avant de plomber complètement le groupe dans son ensemble suite à la crise des subprimes. Des suppressions de postes sont également attendues dans les ressources humaines, la direction financière et les audits.

La Deutsche Bank créé également une « bad bank » qui regroupera 74 milliards d'euros d'actifs toxiques. Ce plan de restructuration, qui représentera un coût de 2,8 milliards d'euros dès le deuxième trimestre, va recentrer l'établissement bancaire sur ses activités « historiques », à savoir le financement des entreprises et la banque de dépôt. Une cure de jouvence pour le groupe, qui va toutefois devoir essuyer une restructuration d'envergure avant de retrouver les chemins de la rentabilité.

















Réflexions
La Revue de Management et de Stratégie est une revue académique, 100% en ligne, spécialisée en sciences de gestion.