Carnets de l'Economie

L'État français autorisé à recapitaliser Air France




Olivier Sancerre
07/04/2021

Le gouvernement français de nouveau au chevet d'Air France. La compagnie aérienne a obtenu une nouvelle aide massive des pouvoirs publics, mais elle devra en échange céder des créneaux à l'aéroport d'Orly.


4 milliards d'euros pour aider Air France

L'État va débloquer pas moins de 4 milliards d'euros supplémentaires dans Air France. La compagnie aérienne, fortement touchée par la crise sanitaire, avait déjà fait l'objet d'une aide conséquente l'an dernier, au déclenchement de la crise sanitaire, en apportant pas moins de 7 milliards d'euros. Les pouvoirs publics remettent donc au pot et cette fois, il a fallu obtenir le feu vert de la Commission européenne qui a négocié pied à pied avec l'État français. 

« Tant que la recapitalisation n’est pas remboursée à 100%, Air France et sa holding sont soumis à une interdiction de dividendes », a expliqué la Commission européenne. Surtout, Air France va devoir céder 18 créneaux horaires de décollage et d'atterrissage à Orly. « Cela représente 4% des créneaux dont dispose déjà Air France sur Orly, donc vous voyez que c'est raisonnable », a indiqué Bruno Le Maire à France Inter. À l'origine, Bruxelles voulait une cession de 24 créneaux.

Des créneaux à Orly vont être cédés

Le gouvernement a voulu faire en sorte que ces précieux créneaux soient partagés avec des compagnies qui « respectent rigoureusement les règles sociales et fiscales de l'Etat français » : « C'était un des points durs de la négociation, nous ne voulons pas de dumping social ou de dumping fiscal ». Cette recapitalisation prévoit la reconversion du prêt d'État de 3 milliards d'euros accordé l'an dernier ainsi qu'une augmentation de capital « ouverte aux actionnaires existants et au marché » à hauteur d'un milliard d'euros.

«  C’était une aide provisoire mais ces 3 milliards vont devenir une aide définitive », résume le ministre de l'Économie. L'État va monter à 30% du capital d'Air France, ce qui en fera le premier actionnaire (il en détient 14,3% actuellement). Cette aide apportera à l'entreprise « une plus grande stabilité pour aller de l’avant lorsque la reprise commencera », a précisé Ben Smith, directeur général d'Air France.


Tags : Air France








Décideurs

Le FMI relance l’idée de taxer les riches pour payer la crise

Norvège : le fonds souverain conditionne ses investissements à la parité

Ferrari augmente le bonus pour ses salariés de 2.100 euros

Tesla : des milliers de fichiers confidentiels volés







International
Daily news and analysis for corporate & political leaders