Carnets de l'Economie

L’Allemagne adopte le salaire minimum pour les employés




02/04/2014

La réforme sur le salaire en Allemagne était très attendue autant qu’elle a été critiquée. S’opposaient d’un côté les patrons, qui craignent de devoir augmenter le salaire de certaines de leurs employés, et les salariés, qui ne bénéficiaient d’aucune garantie de salaire minimum outre-Rhin. Désormais, la chose est faite et le salaire minimum est devenu une réalité en Allemagne.


cc/flickr/ILRI
cc/flickr/ILRI
C’est à la fin du conseil des ministres de ce mercredi 2 avril 2014 que la Grosse Koalition qui regroupe le parti de la chancelière Angela Merkel, le Cdu, avec le Spd que le projet de loi a finalement été adopté. Il ne reste plus que le vote définitif aux deux chambres qui composent l’organe législatif allemand mais, à moins d’une grosse surprise, ce vote ne sera qu’une pure formalité.

Les salariés allemands pourront donc bénéficier du salaire minimum dès le 1er janvier 2015 pour tous les contrats signés à partir de cette date. Progressivement, afin de laisser le temps aux entreprises de s’adapter à ce nouveau paramètre, ce salaire sera élargi à tous les employés d’Allemagne qui ne bénéficiaient pas, jusque-là, d’un salaire aussi élevé.

Plus particulièrement la réforme sera bénéfique pour l’Est de l’Allemagne qui, depuis la chute de la RDA et la réunification, voit près d’un quart de sa population gagner moins que les 8,50 euros bruts par heure fixés par la loi sur le salaire minimum. Au total, selon les chiffres du gouvernement, 3,7 millions de travailleurs allemands devraient toucher 8,50 euros bruts par heure, soit près d’un euro de moins qu’en France.

Il reste à savoir si, comme certains économistes l’ont prévu, la réforme et l’augmentation des salaires qui s’en suivra n’entraînera pas la destructions de milliers d’emplois (des centaines de milliers pour les prévisions les plus pessimistes).
 










Décideurs

RATP : la grève des conducteurs s’annonce suivie, le trafic « très perturbé »

Canal+ conforté par la justice dans son conflit avec TF1

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois

La BCE augmente de nouveau ses taux directeurs