Carnets de l'Economie

Immobilier : à Paris, les prix ont établi un record absolu




Anton Kunin
28/03/2017

Le prix moyen au mètre carré a progressé de 5,1 % en un an dans la capitale, s’établissant à 8 743 euros, selon les données du réseau Century 21.


Les montants engagés progressent, la surface diminue

Le montant moyen d’une acquisition bat des records et s’élève à 444 235 euros au premier trimestre 2016, soit 4,7 % de plus qu’au premier trimestre 2015. Néanmoins, la surface moyenne des biens vendus diminue de 2 mètres carrés pour s’établir à 51,6 mètres carrés.

Century 21 observe une nette augmentation du nombre de transactions, ainsi qu’un certain raccourcissement des délais de vente (-3 jours sur un an). Le délai moyen s’élève aujourd’hui à 65 jours, même si c’est très loin des 44 jours observés en 2011.

La hausse des prix s'accélère dans la plupart des métropoles

Paris n’est pas la seule ville connaissant une hausse du prix du mètre carré. Selon la Fédération nationale de l’immobilier (FNAIM), la hausse des prix est de 3 % à Paris, mais elle est encore plus importante à Toulon (+3,2 %), Nîmes (+3,3 %), Lille (+3,5 %), Nantes (+3,9 %) et Bordeaux (+4 %).

Les notaires constatent eux aussi une hausse des prix dans les grandes villes, surtout sur l’arc atlantique, un phénomène sans doute attribuable à l’arrivée prochaine de la nouvelle liaison ferroviaire à grande vitesse. Les prix restent toutefois modérés dans la plupart des villes provinciales, apprend-t-on du dernier baromètre national Immonot des chambres notariales. 48 % des notaires interrogés conseillent aujourd’hui d’acheter plutôt que de vendre, la hausse entamée des prix devant se poursuivre. N’oublions pas non plus que 2017 est la dernière année où les acquéreurs peuvent profiter du prêt à taux zéro.


Tags : immobilier, prix








Décideurs

Stellantis vs Volkswagen : qui est le premier constructeur européen ?

Des voitures « autonomes » sur les routes anglaises en 2021 ?

Joe Biden confirme son intention d’augmenter les impôts des plus riches

Le FMI relance l’idée de taxer les riches pour payer la crise