Carnets de l'Economie

Google veut vendre des noms de domaine




24/06/2014

C’est une rumeur qui courait depuis longtemps dans la Silicon Valley et certains estimaient même que Google était déjà un « registar », c’est-à-dire un vendeur de noms de domaines, mais seulement pour améliorer ses résultats de recherche. Désormais, il pourrait proposer ce service au public, entrant directement en concurrence avec les grands noms du secteur tels que GoDaddy.


cc/flickr/Robert Scoble
cc/flickr/Robert Scoble
Les nouvelles extensions que l’Icann a validées ou est en train de valider devraient permettre de répondre à la demande croissante de noms de domaines dans le monde. Et Google veut bien entendu en profiter, d’autant plus que l’entreprise est encore et toujours une incontournable du web.

Ce nouveau service devrait lui permettre d’améliorer son offre mais surtout d’attaquer directement un concurrent de taille, GoDaddy, un des principaux registar du monde. Ce dernier n’a actuellement pas moins de 57 millions de noms de domaines en gestion avec un chiffre d’affaires qui tourne autour de 1,1 milliard de dollars.

Mais Google pourrait ne pas s’arrêter là ; le géant de Mountain View viserait à devenir non seulement registar mais également créateur de sites internet pour des entreprises. Il aurait déjà contacté des spécialistes dans la création de sites internet comme Squarespace, Wix, Weebly et Shopify. Ces derniers offrent la possibilité à leurs clients d’avoir un site internet « clés en main ».

Couplés avec sa propre régie de publicité en ligne, AdWords, tous ces services permettraient à Google de fournir un packaging complet impressionnant : référencement, publicité, noms de domaine et création de site.

Un packaging qui pourrait facilement intéresser nombre de petits commerces et nouveaux sites qui tentent de se faire une présence en ligne, présence devenue aujourd’hui indispensable dans le monde des affaires.










Décideurs

Norvège : le fonds souverain conditionne ses investissements à la parité

Ferrari augmente le bonus pour ses salariés de 2.100 euros

Tesla : des milliers de fichiers confidentiels volés

Vorwerk (Thermomix) attaque Lidl sur son Monsieur Cuisine