Carnets de l'Economie

Fraude aux chèques : la Banque de France appelle à plus de vigilance




Anton Kunin
13/04/2022

Alors que les montants fraudés au moyen de chèques bancaires sont à leur plus haut historique, la Banque de France appelle les banques, les commerçants et les consommateurs à faire preuve de plus de vigilance.


Si vous devez utiliser le chèque, la vigilance s’impose

La Banque de France vient de mettre à jour ses lignes directrices pour la lutte contre la fraude aux chèques. L’institution demande aux banques de « renforcer leur capacité à identifier les opérations à risque et empêcher l’exfiltration des fonds » et développer la coopération avec les forces de l’ordre. Les commerçants doivent consulter plus fréquemment (si ce n’est systématiquement) le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI), tandis que les banques doivent privilégier la remise des chéquiers en agence (ou, à défaut, « renforcer la traçabilité des envois de chèques »).

En cas de chèque envoyé qui prend du temps à arriver, la Banque de France conseille de faire systématiquement opposition. La même chose doit être faite en cas de chèque perdu ou volé. La Banque de France conseille par ailleurs de ne jamais encaisser un chèque dont le montant est différent de ce qui avait été convenu (en particulier lorsqu’il y a un trop-perçu) : il existe en effet une arnaque consistant à demander au destinataire du chèque de rembourser le soi-disant trop-perçu. Entre-temps, l’expéditeur du chèque l’annule auprès de sa banque.

La fraude aux chèques est de plus en plus répandue, et les montants sont élevés

La fraude aux chèques fait en effet rage. En 2020, le montant moyen fraudé plafonnait à 2.438 euros. Sur un an, l’usage de chèques perdus ou volés avait progressé de 23,4% pour s’établir à 538 millions d’euros, pouvait-on lire dans la dernière édition de l’Observatoire de la sécurité des moyens de paiement, publiée en juillet 2021 (les données pour 2021 seront publiées en juillet 2022). En 2020, le chèque concentrait ainsi 42% de tous les cas de fraude aux moyens de paiement.

En 2020, la majeure partie de la fraude (68%) aux chèques concernait les chèques perdus ou volés. Quant à la fraude aux chèques régulièrement émis, même si elle restait minoritaire en pourcentage, elle s’inscrivait en hausse vertigineuse de 81% sur un an, à 37 millions d’euros.










Décideurs

Pour Moody’s, la Russie a fait défaut sur sa dette souveraine

Elon Musk accusé d’avoir gonflé le cours du DogeCoin

Une hausse de prix à venir pour les abonnements Canal+

GreenYellow : la stratégie gagnante de Jean-Charles Naouri ?