Carnets de l'Economie

États-Unis contre TikTok : l’épilogue fixé au 15 septembre 2020




Paolo Garoscio
04/08/2020

En juillet 2020, Donald Trump et son administration ont à maintes reprises ciblé l’application chinoise TikTok, véritable phénomène auprès des jeunes. Elle est accusée de collecter des informations pour le compte du gouvernement chinois et donc de faire, dans les faits, de l’espionnage. Lundi 3 août 2020, Donald Trump a donné un ultimatum : le rachat ou l’interdiction.


TikTok risque d’être interdite aux États-Unis

Développée par la start-up chinoise ByteDance, l’application TikTok, réseau social spécialisé dans les vidéos courtes, est devenue un phénomène de société avec une croissance en termes d’utilisateurs dépassant toutes les attentes. Mais son origine chinoise pourrait lui coûter cher : après une interdiction en Inde, sur fond de tensions politiques entre les deux pays les plus peuplés du monde, c’est désormais aux États-Unis que TikTok pourrait être bannie.

Le gouvernement américain accuse l’application d’espionnage et de collecter des données pour le compte du gouvernement chinois. Si ByteDance se défend, cette accusation se situe dans le sillage de celles faites par l’administration Trump à d’autres géants chinois, Huawei en premier lieu. Donald Trump a donc été clair : TikTok pourrait être bannie du territoire américain. Une menace qui sera mise à exécution le 15 septembre 2020, si une autre solution n’est pas trouvée.

Le rachat par une entreprise américaine comme seule solution

Alors qu’il avait initialement laissé entendre que TikTok serait bannie des États-Unis très rapidement, le 3 août 2020 Donald Trump a opté pour l’ultimatum : elle sera bannie si elle n’est pas rachetée par une entreprise américaine avant le 15 septembre 2020. La décision du président des États-Unis fait suite à une conversation avec Satya Nadella, PDG de Microsoft, qui serait potentiellement intéressé par le rachat de TikTok.

L’objectif est clair : en rachetant les activités nord-américaines, canadiennes et australiennes de TikTok, donc pas l’intégralité de l’entreprise, le réseau social serait obligé de se soumettre à la réglementation en vigueur aux États-Unis en termes de protection et stockage des données. De quoi permettre à TikTok de continuer de profiter du marché américain tout en permettant aux utilisateurs d’avoir une garantie sur leurs données et à l’administration Trump de toucher sa part, en impôts et taxes, sur l’activité du réseau social.










Décideurs

Jeff Bezos franchit les 200 milliards de dollars de fortune

Bannissement de TikTok aux USA : Zuckerberg impliqué ?

Royaume-Uni : une quarantaine imposée aux voyageurs en provenance de France

Bernard Arnault : grand perdant de la Covid-19 parmi les milliardaires