Carnets de l'Economie

En 2021, l’emploi salarié a même dépassé son niveau de 2019




Anton Kunin
09/03/2022

En 2021, l’économie française a créé des emplois à la vitesse Grand V. Et il ne s’agit pas uniquement d’un rattrapage après une année 2020 désastreuse : le nombre d’emplois comptabilisé en 2021 a même dépassé celui de 2019, révèle aujourd’hui l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE).


En 2021, le nombre de salariés était en hausse même par rapport à 2019

Les entreprises françaises ont recruté massivement en 2021. L’emploi salarié a progressé chaque trimestre : +0,7% au premier trimestre, +1,2% au deuxième, +0,5% au troisième et +0,4% au quatrième. Au total, à fin 2021, l'emploi salarié dépassait de 2,8% (soit de 697.400 emplois) son niveau de fin 2020. Et si l’on est bien évidemment en présence d’un effet de rattrapage, en 2021 l’emploi a aussi démontré une réelle croissance : par rapport à fin 2019, fin 2021 les entreprises françaises comptabilisaient 380.100 emplois en plus, soit une croissance de 1,5% par rapport à l’époque d’avant le Covid-19.

Il s’agit d’une croissance inouïe : à titre de comparaison, entre 2015 et 2019, 215.600 emplois avaient été créés en moyenne chaque année. Au total, à fin 2021, 25,9 millions de personnes étaient salariées en France, ce qui est un record.

La masse salariale enregistre une progression encourageante

L’emploi intérimaire a lui aussi progressé. Au quatrième trimestre 2021, il a enregistré une hausse de 5,4% (soit +42.300 emplois), après des hausses plus modérées (+50.200 créations d’emplois nettes sur les trois premiers trimestres de 2021). Concernant l’emploi intérimaire aussi, on observe une hausse par rapport à fin 2019 : le nombre d’emplois s’est inscrit en hausse de 6,3% (soit +49.100 emplois).

Bonne nouvelle concernant les salaires également : l’URSSAF nous apprend aujourd’hui que la masse salariale a progressé de 8,9% en 2021, après la baisse historique de 5,7% enregistrée en 2020. Et là encore, l’évolution par rapport à 2019 est encourageante puisqu’en 2021 la masse salariale dépassait de 5,2% son niveau de 2019. Bonne nouvelle également concernant le salaire moyen par tête (SMPT) : il a augmenté sur chacun des trois derniers trimestres (+1,9% au deuxième trimestre, +2,8% au troisième trimestre et +0,2% au quatrième trimestre). Mais il s’agit là davantage d’un effet statistique : en effet, les indemnités au titre du chômage partiel ne sont pas comptabilisées en tant que salaires. Logiquement, au fur et à mesure que de plus en plus de personnes sortaient du chômage partiel et retrouvaient un salaire, le SMPT progressait.










Décideurs

RATP : la grève des conducteurs s’annonce suivie, le trafic « très perturbé »

Canal+ conforté par la justice dans son conflit avec TF1

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois

La BCE augmente de nouveau ses taux directeurs