Carnets de l'Economie

Embauches : l’année 2022 devrait être un bon « cru »




Anton Kunin
06/04/2022

L’année 2022 s’annonce très bonne sur le marché du travail : 32,8% des entreprises françaises prévoient de procéder à au moins un recrutement. C’est 6,3 points de plus qu’en 2021, révèle Pôle emploi dans son enquête annuelle « Besoins en main d’œuvre ».


Jamais les chefs d’entreprises françaises n’avaient autant de projets de recrutement

Les personnes à la recherche d’un emploi devraient trouver leur bonheur en 2022. D’après la dernière enquête annuelle « Besoins en main d’œuvre » de Pôle emploi, les entreprises françaises prévoyaient fin 2021 de procéder à un peu plus de 3 millions de recrutements courant 2022. C’est 11,9% de plus qu’en 2021. Autre chiffre encourageant : quasiment un tiers (32,8%) des entreprises françaises prévoyaient de procéder à un recrutement en 2022. C’est du jamais vu : « seuls » 26% des entreprises envisageaient de recruter en 2019, 28% en 2020 et 27% en 2021.

Les projets de recrutement sont les plus nombreux dans les secteurs suivants : matériel de transport (55,4% des entreprises prévoient de recruter), industrie chimique, pharmaceutique et raffinage (48,9%), équipement électrique et électronique (48,7%), hébergement et restauration (45,3%), métallurgie (44,6%), industrie agroalimentaire (43%), santé humaine et action sociale (39,6%), construction (39%,2) et agriculture (38%).
 

L’hôtellerie-restauration et les services à la personne, deux secteurs concentrant le plus de recrutements jugés difficiles

En même temps, pour un grand nombre d’entreprises, recruter s’annonce compliqué en 2022. Les difficultés de recrutement concernent 57,9 % des projets d’embauche en 2022, contre 44,9% en 2021. Les métiers les plus touchés par cette hausse des difficultés sont ceux de l’hôtellerie-restauration, ainsi que des métiers peu qualifiés, comme les ouvriers non qualifiés industriels ou les agents de sécurité.

Il devrait être compliqué de recruter un serveur de café ou restaurant (73.910 projets jugés difficiles), une aide à domicile ou aide ménagère (71.787), un aide-soignant (64.717), une aide en cuisine (59.727), un agent d’entretien de locaux (59.505), un viticulteur (59.456) ou encore un agriculteur salarié (45.411).










Décideurs

Pour Moody’s, la Russie a fait défaut sur sa dette souveraine

Elon Musk accusé d’avoir gonflé le cours du DogeCoin

Une hausse de prix à venir pour les abonnements Canal+

GreenYellow : la stratégie gagnante de Jean-Charles Naouri ?