Carnets de l'Economie

Les Carnets de l'Economie

Edouard Philippe : les taxes sur le carburant vont augmenter au 1er janvier




François Lapierre
28/11/2018

Le Premier ministre a confirmé que les taxes sur les carburants augmenteront bien à compter du 1er janvier. Il se dit aussi prêt à recevoir des représentants des « gilets jaunes ».


Edouard Philippe était l’invité ce mercredi 28 novembre de BFM TV, où il a assuré le « service après-vente » des annonces présidentielles de la veille. Il a donc confirmé que le gouvernement ne reviendrait pas sur le principe de la trajectoire carbone, ce qui implique une hausse des taxes sur le carburant à compter du 1er janvier : « On a fixé un cap et on va tenir ce cap. On va aligner la fiscalité du diesel sur l'essence et il y a ensuite cette taxe carbone sur laquelle beaucoup de gens s'étaient engagés pendant la présidentielle », a-t-il expliqué. Toutefois, il s’est aussi engagé à éviter la « double peine » des taxes qui augmentent en même temps que le prix du pétrole.

Ce mécanisme, évoqué par Emmanuel Macron, reste encore à imaginer : il sera discuté par les parlementaires. Mais le principe en est le suivant : « Si dans le courant de l'année, il y a une envolée du prix de la matière première, alors dans ce cas-là, on peut revenir au niveau de la taxe qui a été fixé au 1er janvier de l'année en cours ». En attendant que les contours de ce mécanisme soient décidés, se tiendra la concertation de trois mois sur la transition écologique. À cette occasion, Edouard Philippe se dit prêt à recevoir des représentants des « gilets jaunes ».

Sur un plan plus politique, le Premier ministre a expliqué qu’il comprenait « l’impatience » des manifestants pour la baisse des impôts et des taxes. « Mais je suis obligé de le faire lentement. On le fait. On a diminué de façon considérable les prélèvements qui pesaient sur le travail, on a diminué la taxe d'habitation. Je ne peux pas le faire à un rythme déraisonnable. On a une dette qui est à presque 100% du PIB. Je ne peux pas faire comme si ce n'était pas là », a-t-il indiqué. Si le gouvernement veut faire en sorte que le « travail paie », par contre il n’y aura pas de coup de pouce pour le SMIC, seulement la revalorisation légale.