Carnets de l'Economie

Denrées végétales : la DGCCRF dit stop à la confusion




Anton Kunin
29/01/2020

Après une enquête qui l’a poussée à visiter 370 points de vente, la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF) constate que les producteurs de nombreux produits végétariens et végétaliens ne respectent pas la réglementation en matière d’étiquetage.


Pas de dénominations « animales » pour des aliments à composition exclusivement végétale

« Fromage vegan », « lait de chanvre », « bacon vegan » … ces dénominations, communément utilisées par les industriels spécialisés dans la fabrication de denrées alimentaires végétales, sont illégales, rappelle la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF). Ces dénominations sont susceptibles d’induire le consommateur en erreur car elles puisent dans le registre des produits d’origine animale pour désigner des denrées qui revendiquent une composition exclusivement végétale, pointe cette administration.

Un produit sans lait ne peut pas utiliser le mot « lait » dans sa dénomination, de même qu’un produit qui ne contient absolument pas de viande ne peut pas être désigné « bacon ». Même des dénominations telles que « filet végétal façon canard » ou « filet de saumon végétal » ne doivent pas être utilisées.

L’étiquetage doit être objectif et loyal

Deux grandes règles régissent l’étiquetage des denrées alimentaires préemballées : « l'étiquetage doit renseigner objectivement le consommateur » et « l'étiquetage doit être loyal et précis, il ne doit pas induire le consommateur en erreur (composition du produit, origine, etc.) ». En l’occurrence, elles n’ont pas été respectées.

La DGCCRF précise que cette enquête n’avait pas une vocation répressive mais avait essentiellement pour finalité d’acquérir une vision claire du marché et de rappeler la réglementation aux opérateurs. Les suites données ont été essentiellement des suites pédagogiques.










Décideurs

RATP : la grève des conducteurs s’annonce suivie, le trafic « très perturbé »

Canal+ conforté par la justice dans son conflit avec TF1

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois

La BCE augmente de nouveau ses taux directeurs