Carnets de l'Economie

Bayer offre 62 milliards de dollars pour Monsanto




23/05/2016

La rumeur de l'intérêt de Bayer sur Monsanto courait depuis début mai 2016 lorsque Monsanto a confirmé la chose. C'était le 19 mai 2016 et le groupe américain spécialisé dans les OGM, les semences et les pesticides déclarait que l'offre n'avait pas été sollicitée, sans plus de précisions. Bayer a révélé le reste lundi 23 mai 2016 dans un communiqué de presse, notamment le montant que le groupe allemand a offert pour ce rachat.


cc/pixabay
cc/pixabay
Si Monsanto n'a pas encore réagit officiellement, les deux groupes seraient en discussions depuis le 10 mai 2016. C'est à cette date que Bayer aurait offert 62 milliards de dollars à Monsanto pour la racheter. Un montant 37 % supérieur à la valeur du géant américain le 9 mai 2016, valeur qui a augmenté sur fonds de rumeur. Jeudi 19 mai 2016, lorsque Monsanto a confirmé la rumeur, le titre du spécialiste des OGM a bondit de près de 5 dollars.

Inversement, le même jour, le titre de Bayer chutait de plus de 7 dollars, les investisseurs estimant que le géant pharmaceutique allemand n'aurait pas les moyens de procéder à une telle opération sans prendre trop de risques. Lundi 23 mai 2016, Bayer a confirmé que l'opération serait financée en actions, en levée de dette et en augmentation de capital. Pas de quoi rassurer la Bourse, Bayer étant déjà fortement endettée.

Le groupe annonce toutefois 1,5 milliard d'économies issues des synergies en trois ans ainsi qu'une augmentation de la valeur de l'action de plus de 5 % en moyenne chaque année à l'issue de l'opération si elle est menée à terme.

Reste que non seulement Monsanto n'a pas encore donné de réponse mais que les deux groupes vont devoir faire valider l'opération par les diverses autorités de la concurrence allemande et américaine, ce qui n'est pas gagné d'avance.
 










Décideurs

CES 2022 : les annulations se multiplient face au variant Omicron

Airbus : Qatar Airways attaque l’avionneur en justice

La hausse du Livret A en 2022 confirmée par Bruno Le Maire

PGE : le remboursement commencera bien en mars 2022