Carnets de l'Economie

Baisse attendue des prix de l'immobilier en 2021




Olivier Sancerre
06/01/2021

Comme bon nombre d'autres secteurs de l'économie, celui de l'immobilier ne devrait pas sortir indemne des conséquences de la crise sanitaire. Le prix des biens immobiliers devrait baisser en 2021 sur l'ensemble de la France.


Vers une baisse des prix de l'immobilier de 1%

Les spécialistes de l'immobilier tentent d'y voir un peu plus clair après une année 2020 marquée par la tempête pandémique. Mais la situation est toujours difficile à analyser, la crise sanitaire n'étant pas terminée. Toutefois, selon le site d'estimation immobilière Meilleurs Agents, les prix de l'immobilier devraient reculer de 1% en 2021, avec des variations en fonction des villes. Nantes, Strasbourg et Lille pourraient ainsi enregistrer une stabilité des prix, voire une légère hausse, des biens immobiliers. Sur le marché spécifique de la région parisienne, il ne faut pas s'attendre à de miracles : les prix sont orientés à la hausse.

Ainsi, sur l'ensemble de l'Ile-de-France, les prix ont augmenté de 1,1% entre novembre 2020 et février 2021. Et de 7,2% entre février 2020 et février 2021 ! Le besoin d'espaces plus grands durant ces périodes incertaines où la menace de confinement menace en tout temps font que les acheteurs regardent ailleurs qu'à Paris intra-muros. D'ailleurs, les prix y ont baissé de 2% en trois mois. Les notaires du Grand Paris ont ainsi relevé un prix du mètre carré à 10.700 euros. Sur un an, les prix de l'immobilier à Paris ont tout de même augmenté de 3,4% : cela reste un niveau inédit depuis 2013.

Demande toujours élevée

Le contexte n'est globalement guère propice à une baisse franche des prix dans l'Hexagone. La demande reste forte : malgré l'épidémie, les Français ont soif d'immobilier et l'offre demeure contrainte. Le pouvoir d'achat étant parvenu à se maintenir, grâce au soutien massif de l'État, il n'y a guère de raison pour que l'immobilier soit orienté à la baisse, les vendeurs savent que les acheteurs peuvent mettre les prix demandés.

Par ailleurs, le crédit immobilier est plus facile à décrocher depuis l'assouplissement des règles d'octroi. Les primo-accédants ont plus de facilités pour acheter un bien immobilier puisque l'accès au crédit est plus simple. Néanmoins, la crise sanitaire continue de faire planer de lourds nuages : la vigueur du marché immobilier repose aussi sur l'efficacité de la campagne de vaccination et le plan de relance économique.


Tags : immobilier








Décideurs

Le malus au poids définitivement adopté par l’Assemblée

BCE : prévision de croissance en zone euro baissée pour 2021

La Cnil épingle Carrefour pour des manquements au RGPD

Black Friday : le report n’interdira pas les promotions sur Internet