Carnets de l'Economie

Alstom : Emmanuel Macron valide le rachat du pôle énergie par General Electric




05/11/2014

La décision de racheter la branche énergie d’Altom par General Electric avait été prise au printemps dernier. Le gouvernement vient désormais de la valider.


@Shutter
@Shutter

Le ministre de l’Economie et de l’Industrie a validé mercredi 5 novembre le projet de rachat de la branche énergie d’Alstom par General Electric. Une décision nécessaire pour valider l’opération, décidée il y a quelques mois entre les deux géants de l’industrie. 

 

Le gouvernement, via Emmanuel Macron, a estimé que ce rachat constituait un « projet d’investissement en France avec Alstom, et la constitution d’une alliance industrielle entre les deux groupes dans le secteur de l’énergie », comme le précise le communiqué du ministère de l’Economie et de l’Industrie. 

 

En mai dernier, alors que d’autres groupes comme Siemen ou Mitsubishi Heavy Industries se disputaient la branche énergie d’Alstom, le gouvernement avait validé un décret élargissant à l’énergie et aux transports son veto en cas de volonté de rachat d’une activité française par un groupe étranger. 

 

General Electric a prévu de racheter le secteur énergie d’Alstom, pour 12,35 milliards d’euros. Un secteur qui représentait jusqu’alors 70 % du chiffre d’affaires du groupe industriel français. Dans le même temps, Alstom doit également racheter l’activité de signalisation ferroviaire de General Electric, pour renforcer son activité transport, secteur sur lequel l’industriel veut se concentrer à l’avenir. 











Décideurs

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois

La BCE augmente de nouveau ses taux directeurs

France : un « net ralentissement » de l’économie attendu en 2023

Pour Moody’s, la Russie a fait défaut sur sa dette souveraine







International
Daily news and analysis for corporate & political leaders