Carnets de l'Economie

​Toshiba confirme sa réorganisation et quitte le monde des PC




29/12/2015

L'information avait fuité dans la presse en cette fin d'année 2015 : à la suite du scandale financier qui a frappé le conglomérat japonais Toshiba entendait réorganiser ses activités et notamment sortir de certains marchés. La confirmation est tombée ce mardi 29 décembre 2015 : Toshiba ne produira plus de PC ni d'électroménager.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
Après l'annonce, la troisième semaine de décembre 2015, d'une gigantesque restructuration du groupe avec, à la clé, près de 10 000 emplois supprimés dans le monde, voilà que Toshiba confirme une réorganisation stratégique de taille. Le géant japonais ne va plus produire d'ordinateurs et d'appareils électroménagers. Une partie de ses effectifs seront réorientés vers des firmes concurrentes.

Toshiba aimerait en effet faire fusionner une partie de son activité PC avec Fujifilms et Vaio tandis que son activité dans l'électroménager pourrait fusionner avec Sharp. Le conglomérat japonais a annoncé être en discussions avec ces deux acteurs du marché mais rien n'a été signé à ce jour. Toshiba a toutefois fait une précision de taille : elle "ne souhaite pas prendre la majorité des sociétés conjointes" a déclaré Masashi Muromachi, PDG du groupe.

La réorganisation risque de coûter cher à Toshiba : les premières estimations parlent d'une chute de revenus de près de 7,5 milliards d'euros ce qui ferait tomber son chiffre d'affaires à un niveau jamais vu depuis 1990 : moins de 38 milliards d'euros.

De fait, la stratégie de Toshiba se précise en tant qu'entreprise destinée aux professionnels et non plus aux particuliers. Elle s'est spécialisée dans le domaine de la mémoire flash et des composants électroniques, ainsi que dans le domaine de l'énergie. Une nécessité puisque pour l'exercice courant, qui se terminera en mars 2016, Toshiba pourrait connaître une perte nette proche des 4 milliards d'euros.










Décideurs

Stellantis vs Volkswagen : qui est le premier constructeur européen ?

Des voitures « autonomes » sur les routes anglaises en 2021 ?

Joe Biden confirme son intention d’augmenter les impôts des plus riches

Le FMI relance l’idée de taxer les riches pour payer la crise