Carnets de l'Economie

​Stéphane Richard ne croit pas en une hausse des prix des télécoms




12/01/2016

Alors qu'Orange et Bouygues Telecom continuent d'avancer sur le dossier d'une possible fusion des deux opérateurs, Orange voulant prendre le contrôle de son concurrent, les craintes que cette opération ne fasse de nouveau augmenter les prix des télécoms se font de plus en plus insistantes. Mais pour le PDG d'Orange ces craintes ne seraient qu'un "fantasme".


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
L'arrivée de l'opérateur Free dans le mobile en janvier 2012 avait eu un impact majeur sur le secteur des télécoms : le nombre d'opérateur passait alors de 3 à 4, augmentant de fait la concurrence. De plus Free, par ses tarifs agressifs "low-cost" avait contraint les autres opérateurs à baisser leurs prix. Une baisse estimée par Stéphane Richard à près de 50% en trois ans.

Ce mardi 12 janvier 2016, alors que les discussions entre les opérateurs dans le cadre de la possible fusion Orange-Bouygues Telecom se poursuivent, Stéphane Richard a voulu mettre les points sur les i : la baisse des tarifs est désormais un "acquis irréversible" a-t-il déclaré lors de ses vœux à la presse.

"L'un des intérêts d'un retour à trois opérateurs serait qu'on pourrait s'attaquer plus rapidement au problème de la résorption des zones blanches ou grises". Il n'est donc pas question, selon le PDG de l'opérateur historique, d'une opération visant à augmenter les tarifs pour le consommateur.

Il n'empêche que le secteur, si l'opération est menée à bon port, se retrouvera de nouveau avec seulement 3 opérateurs, contre 4 actuellement. La concurrence pourrait y être diminuée puisque sera diminué le choix du consommateur.

Ce scénario reste possible, d'autant plus que, selon Stéphane Richard, les discussions entre les deux acteurs se poursuivent et qu'une décision pourrait être prise dans "quelques semaines". "C'est Martin Bouygues qui est à l'initiative des discussions, ce qui explique que la dynamique est différente" a-t-il précisé.










Décideurs

Stellantis vs Volkswagen : qui est le premier constructeur européen ?

Des voitures « autonomes » sur les routes anglaises en 2021 ?

Joe Biden confirme son intention d’augmenter les impôts des plus riches

Le FMI relance l’idée de taxer les riches pour payer la crise