Carnets de l'Economie

​Ralph Lauren quitte sa marque et se remplace par Stefan Larsson




30/09/2015

C'est un petit séisme dans le monde de la mode américaine car c'est une véritable légende qui quitte son propre navire : Ralph Lauren. Le créateur et fondateur de la marque éponyme a décidé, à 75 ans, de quitter ses fonctions de PDG. Il a toutefois déjà trouvé un successeur chez un concurrent : Gap. Toutefois Ralph Lauren ne va pas disparaître des radars.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
Ralph Lauren a créé sa propre marque en 1967 et a réussi à devenir un incontournable de la mode américain avec un style fortement inspiré des Country Club. Devenu iconique, notamment dans les années 90 (il fit même une apparition dans la série Friends alors que le personnage de Rachel Green travaillait justement chez Ralph Lauren) il a toutefois décidé de quitter ses fonctions de PDG.

La décision ne semble pas étonner les analystes qui estiment que la croissance de Ralph Lauren a fait atteindre à la marque une taille qui nécessite désormais une direction plus contrôlée et systémique. Loin de l'idée de marque "maison" où le PDG est aussi le créateur. La décision du successeur suit d'ailleurs cette stratégie.

Ralph Lauren va donc laisser sa place à Stefan Larsson, 41 ans, qui a été à la tête d'Old Navy, la chaîne de magasins de la marque Gap. Sous sa direction Old Navy a fortement grossi et représente désormais 40% du total du chiffre d'affaires de la marque. Son arrivée à la tête de Ralph Lauren pourrait lancer une véritable transformation pour le groupe.

De son côté Ralph Lauren continuera à être "actif" au sein de sa marque, selon le communiqué de presse annonçant son départ. Il reste notamment à la tête de la division design de Ralph Lauren.

Le passage de pouvoirs devrait s'effectuer en novembre 2015.










Décideurs

Bernard Arnault : grand perdant de la Covid-19 parmi les milliardaires

Monsanto condamnée en appel dans l’affaire Roundup

Transport routier : la réforme européenne adoptée, vives critiques à l’Est

Jeff Bezos bat son propre record de richesse