Carnets de l'Economie

​OPA de Vivendi sur Gameloft : la famille Guillemot plie face au géant




07/06/2016

L'OPA hostile qui a opposé le géant des médias Vivendi au petit éditeur français de jeux mobiles Gameloft, devenu 3ème éditeur mondial après 30 ans d'existence, se sera conclue avec la victoire du géant. La famille Guillemot, qui a fondé Ubisoft, également dans le collimateur de Vivendi, et Gameloft a annoncé qu'elle se pliait au géant et qu'elle allait apporter ses titres à l'OPA.


cc/pixabay
cc/pixabay
Dans un communiqué de presse diffusé mardi 7 juin 2016, la famille Guillemot annonce qu'elle accepte l'offre de Vivendi et qu'elle apporte ses titres au géant des médias français. Elle le fait "à regret" précise-t-elle, estimant que ce choix n'est dicté que par l'incompatibilité entre les visions de Vivendi et la volonté d'indépendance de Gameloft.

La famille Guillemot a tenté pendant les huit mois qu'a duré l'OPA de Vivendi de la bloquer, tentant même de déposer un recours en mars. Mais l'offre de Vivendi a convaincu les actionnaires. De 6 % du capital détenu en octobre 2015, début de l'OPA, la part de Vivendi est montée rapidement jusqu'à atteindre 30 % dans Gameloft le 18 février 2016.

Le 31 mai 2016, l'OPA s'est conclue par un succès pour Vincent Bolloré et son groupe : à cette date le géant des médias détenait 61,71 % du capital de Gameloft et 55,61 % des droits de vote. Une rumeur prêtant à Michel Guillemot, fondateur de l'éditeur de jeux, la volonté de quitter l'entreprise a commencé à trainer dans les médias. Il se pourrait qu'elle se confirme avec cette annonce.

En ajoutant les actions détenues par la famille Guillemot dans Gameloft, soit 22,43 % du capital, Vivendi réussit ainsi à obtenir 84,14 % du capital de l'éditeur français de jeux mobiles. 










Décideurs

Monsanto condamnée en appel dans l’affaire Roundup

Transport routier : la réforme européenne adoptée, vives critiques à l’Est

Jeff Bezos bat son propre record de richesse

Booster son « beeZness » grâce à l’engagement !