Carnets de l'Economie

​Le pétrole en hausse fait grimper les prix à la pompe




12/10/2016

Mauvaise nouvelle pour les automobilistes : remplir le réservoir d'essence risque de coûter un peu plus cher dans les semaines et les mois à venir. L'effet de la répercussion, sur les prix au détail (donc à la pompe) de la hausse des prix du pétrole sur les marchés financiers internationaux. Une hausse qui est liée à l'accord entre les pays de l'OPEP qui pourrait devenir une réalité avant la fin de l'année 2016.


cc/pixabay
cc/pixabay
Les pays de l'OPEP, surtout l'Arabie Saoudite, sont à l'origine de la chute des prix de l'essence et du pétrole de 2015 et 2016. Mais cela fait quelques mois qu'ils parlent de les faire remonter en baissant la production de brut donc en réduisant l'offre. Un accord a été trouvé fin septembre à Alger entre les pays membres du cartel de l'or noir et l'impact sur les prix à la pompe se fait déjà sentir.

Le diesel, carburant qui représente 80 % des ventes en France bien que cette suprématie est destinée à s'estomper dans les années qui viennent, a vu son prix à la pompe grimper de 2,59 centimes début octobre selon les informations du ministère de l'Environnement et de l'Energie. Même son de cloche du côté de l'essence qui augmente de 2,12 centimes pour la SP95 et de 2,01 pour la SP95-E10.

Le baril de pétrole, de son côté, a grimpé pour dépasser la barre symbolique des 50 dollars, un niveau qui reste toutefois très bas par rapport au prix de juillet 2014 lorsque le baril avait coûté plus de 110 dollars sur les marchés. La tendance haussière ne devrait toutefois pas s'inverser à moins d'une surprise fin novembre 2016 lors de la prochaine réunion de l'OPEP à Vienne. Certains analystes estiment que l'accord pour réduire la production pourrait échouer...










Décideurs

Stellantis vs Volkswagen : qui est le premier constructeur européen ?

Des voitures « autonomes » sur les routes anglaises en 2021 ?

Joe Biden confirme son intention d’augmenter les impôts des plus riches

Le FMI relance l’idée de taxer les riches pour payer la crise