Carnets de l'Economie

​La Fnac et Vivendi lancent leur première offre commerciale commune




11/07/2016

2016 aura été une année de changements pour la Fnac qui a réussi, au bout d'un marathon d'offres et contre-offres avec Conforama, à racheter Darty au prix fort. Outre cette opération majeure pour le commerce de détail en France, la Fnac a trouvé un nouvel allié : Vivendi. Ce dernier a pris une participation dans le spécialiste des biens culturels et la première offre issue de cette opération a vu le jour.


cc/pixabay
cc/pixabay
Une nouvelle offre va ravir les abonnés de Canal+, propriété de Vivendi : lancée le 11 juillet 2016 elle va leur permettre de bénéficier de certains services de la Fnac. C'est le résultat de la prise de participation de Vivendi au capital de la Fnac en avril 2016 : le groupe dirigé par Vincent Bolloré détient désormais 15 % du groupe dirigé par Alexandre Bompard et qui s'apprête à absorber Darty.

De cette prise de participation devraient naître toute une série d'offres qui bénéficieront à la fois aux clients Fnac et aux clients Canal+. Et ce sont les clients Canal qui en profitent les premiers : tous les abonnés Canal auront gratuitement la possibilité de bénéficier de la livraison Express+ permettant une livraison en deux heures dans les grandes villes de France.

Les abonnés Canal+ se verront en effet remboursés de l'abonnement à ce service qui coûte 49 euros par an : la Fnac leur donnera un chèque cadeau de 50 euros sur leur compte fidélité une fois l'abonnement acheté.

C'est un petit pas mais les deux groupes ont de grands projets : offres spéciales, abonnements, billetterie, spectacles... entre l'un des plus gros groupes de médias de France et le premier distributeur de biens culturels de l'Hexagone les points de convergence devraient être nombreux.










Décideurs

DieselGate : Volkswagen condamnée pour la première fois en France

Stellantis vs Volkswagen : qui est le premier constructeur européen ?

Des voitures « autonomes » sur les routes anglaises en 2021 ?

Joe Biden confirme son intention d’augmenter les impôts des plus riches