Carnets de l'Economie

​Ford se retire des marchés japonais et indonésien




25/01/2016

Si 2015 a été une année de reprise généralisée pour le marché automobile dans le monde, malgré les quelques scandales qui ont entaché les constructeurs, Ford connaît quelques problèmes en Asie. Le groupe américain, comme son compatriote GM, a du mal à se faire une place au Japon et en Indonésie. Finalement, Ford a annoncé lundi 25 janvier 2016 se retirer de ces deux marchés qu'il ne voit pas comme rentables.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
L'annonce a été faite par Dave Schoch, PDG de Ford pour l'Asie Pacifique : le constructeur historique américain va quitter l'Indonésie et le Japon. Un retrait massif puisque le groupe a annoncé se retirer de toutes ses activités, à la fois de production, de vente et d'importation.

Selon Ford, les deux pays ne pourraient pas devenir des "marchés rentables". La concurrence des marques locales, surtout au Japon où domine Toyota, redevenu premier constructeur mondial devant Volkswagen, y est trop importante pour que la marque américaine puisse obtenir assez de parts de marché.

General Motors avait déjà annoncé en 2015 quitter définitivement le marché japonais à cause de cette même concurrence. A l'époque ce retrait s'était accompagné de 500 suppressions d'emplois.

Ford également annonce que ses équipes sur place seront licenciées. 292 postes seront supprimés au Japon et 35 en Indonésie où le groupe a des liens avec 44 concessionnaires. Ford pourrait vouloir se concentrer sur le marché chinois, en pleine croissance et dont il commence à profiter alors que GM est déjà bien installée dans le pays. Mais le ralentissement général de la croissance chinoise contraint les constructeurs à réorganiser leurs priorités.

La direction de Ford a également précisé que les opérations de recherche et développement lancées au Japon seraient relocalisées.
















Découverte & Lifestyle

Réflexions
La Revue de Management et de Stratégie est une revue académique, 100% en ligne, spécialisée en sciences de gestion.