Carnets de l'Economie

​Emmanuel Macron quitte le ministère de l'Economie




31/08/2016

A quelques mois de l'élection présidentielle de 2017 et en pleine campagne, François Hollande doit essuyer un nouveau coup dur : son ministre de l'Economie a annoncé sa démission. Accepté par le Président et le Premier ministre le 30 août 2016, le départ d'Emmanuel Macron laisse un vide dans les rapports entre le gouvernement et les entreprises, notamment car ses idées plus libérales que celles de la gauche lui permettaient d'être apprécié du Medef.


cc/pixabay
cc/pixabay
Suppression de l'ISF, fin des 35 heures, Loi Macron, ouverture le dimanche... durant ses deux ans au ministère de l'Economie, à Bercy, Emmanuel Macron aura su faire parler de lui et attaquer certains dogmes de son parti. Une position politique difficile à tenir qui a régulièrement conduit à des démentis de la part de son équipe et des encouragements de la part du Medef.

Mais en avril 2016 Emmanuel Macron créait la surprise en lançant son propre mouvement politique appelé "En Marche !" et consommant encore un peu plus le divorce entre le gouvernement et ses propres opinions. C'est pour se consacrer à ce mouvement qu'il a démissionné de ses fonctions. Lui-même a déclaré ne pas être "socialiste" au sens premier du terme.

Dans son discours à Bercy, l'ancien ministre a déclaré avoir "touché du doigt les limites de notre système politique" et critique les peurs et les compromis de dernière minute. Avec son mouvement, il veut donc aller au-delà de ces limites, refonder le système et appelle les membres de tous les partis à le rejoindre.

Reste à savoir quelle direction va prendre l'ancien ministre vis-à-vis de la Présidentielle de 2017. Il n'est pas officiellement candidat et son mouvement est peut-être trop jeune pour qu'il ait une chance, mais une surprise pourrait rapidement être dévoilée. En attendant, ce sera à Michel Sapin, déjà ministre des Finances, de reprendre le portefeuille de tâches du ministre sortant.










Décideurs

DieselGate : Volkswagen condamnée pour la première fois en France

Stellantis vs Volkswagen : qui est le premier constructeur européen ?

Des voitures « autonomes » sur les routes anglaises en 2021 ?

Joe Biden confirme son intention d’augmenter les impôts des plus riches