Carnets de l'Economie

​Didi Chuxing, l'Uber chinois, veut entrer en Bourse à Wall Street




16/05/2016

La lutte entre les sociétés de VTC fait rage, notamment en Chine où la plus connue du monde, Uber, se heurte à la concurrence féroce de Didi Chuxing qui domine largement le marché. Cette dernière a même lancé une levée de fonds pour obtenir 3 milliards de dollars auprès d'investisseurs, levée de fonds à laquelle Apple a largement contribué en investissant 1 milliard de dollars. Mais le groupe voit désormais plus loin.


cc/pixabay
cc/pixabay
Didi Chuxing a été étonné de l'engouement d'Apple pour son application. Initialement, le groupe visait une levée de fonds de 2 milliards de dollars mais l'investissement d'Apple l'a conduite à relever son objectif à 3 milliards. Si la levée de fonds réussi, Didi Chuxing pourrait atteindre une valorisation de plus de 25 milliards de dollars. C'est moins que les 60 milliards d'Uber, mais elle semble bien partie pour atteindre le niveau du géant américain.

Forte du soutien d'Apple et de l'engouement des investisseurs, Didi Chuxing serait en train de réfléchir au futur et voudrait marcher sur les pas d'AliBaba, l'Amazon chinois, qui a signé la plus grosse introduction en Bourse de l'histoire de Wall Street en 2014. Didi Chuxing réfléchirait en effet à se coter en Bourse, également à Wall Street.

C'est l'agence de presse Bloomberg qui dévoile l'information. Selon elle, Didi Chuxing viserait une introduction dès 2017 mais l'agence Reuters a consulté une de ses sources qui estime impossible cette date. Par contre, 2018 pourrait être l'année de l'IPO du géant chinois.

Si l'information paraît crédible, Didi Chuxing a répondu à la rumeur. Un porte-parole du groupe chinois a déclaré que l'entreprise n'avait pas, pour l'instant, de projet d'IPO que ce soit en Chine ou à Wall Street.










Décideurs

Bernard Arnault : grand perdant de la Covid-19 parmi les milliardaires

Monsanto condamnée en appel dans l’affaire Roundup

Transport routier : la réforme européenne adoptée, vives critiques à l’Est

Jeff Bezos bat son propre record de richesse