Carnets de l'Economie

​Barclays : 30 000 postes supprimés d'ici 2018




20/07/2015

La banque Barclays n'arrive toujours pas à se remettre de sa tourmente : la banque est toujours en-dessous des performances auxquelles elle avait habitué les investisseurs et les divers changements opérés ces dernières années n'y semblent avoir rien fait. Du coup le groupe a décidé de passer aux choses sérieuses et annonce une suppression d'emplois très importante pour les deux années à venir.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
Ce mois de juillet 2015 est décidément un mois de changements chez Barclays. Le 8 juillet, déjà, c'était le PDG du groupe, Anthony Jenkins, qui était remercié un peu violemment. Selon les actionnaires il était quasiment le seul responsable des mauvais résultats et seul un limogeage aurait pu changer les choses. Mais avant même de trouver un remplaçant, c'est une réduction de coûts qui a été annoncée.

Le groupe désire supprimer 30 000 emplois d'ici fin 2017 ce qui porterait ses effectifs à moins de 100 000 personnes. Les postes visés se trouvent essentiellement dans l'administratif. Une manière de réduire les coûts sans entacher la force de frappe et d'investissement de la banque.

C'est le deuxième plan de suppression massive d'emplois annoncé en deux ans. Le dernier ne date que de 2014 et avait été lancé par Anthony Jenkins. Il visait la suppression de près de 26 000 emplois, toujours dans le but de redresser ses comptes.

Car si l'action de Barclays a gagné 21% en un an, elle n'a toujours pas retrouvé son niveau de 2013 ce qui est perçu comme un échec. D'autant plus que le ratio de profitabilité de la banque a baissé de 2,9% en 2014.

Selon le Times, qui dévoile l'information, Barclays s'attend également à ce que le successeur d'Anthony Jenkins mette le plus rapidement en œuvre ce plan de réduction des coûts.

















Réflexions
La Revue de Management et de Stratégie est une revue académique, 100% en ligne, spécialisée en sciences de gestion.